Mon bébé est assis, que faire avec lui ?

Pti guide de Bébé…

Opus 2 : Assis

Après moults retournements, Bébé découvre qu’en étant allongé sur le coté, s’il s’appuie sur sa main au sol, il se redresse …et un jour il pousse un peu plus fort  et se retrouve presque assis quelques secondes… ça tire sur les abdos et c’est difficile !!

 

A partir de la position sur le ventre, Bébé se met à quatre pattes ou simili quatre pattes, il pousse ses fesses sur le coté et se retrouve assis, avec les mains appuyées sur le sol … Chouette !

 

Chaque bébé trouve son chemin … certains préféreront la première manière, les autres la deuxième … à nous de savoir observer et de les laisser libres de leurs expérimentations.

 

La position assise entraîne un changement dans la perception de son environnement: Bébé voit plus loin et accède à  la verticalité de son buste : il est face aux autres personnes, et voit les objets sous un nouvel angle.

 

Au début, en position assise, il a besoin de s’appuyer avec ses deux mains sur le sol..sinon retour allongé ! Et c’est d’ailleurs sécurisant pour lui de se rendre compte qu’il peut revenir en position allongée quand il fatigue.

 

En fait, il a besoin de cet appui de ses mains car son dos n’est pas assez musclé pour rester droit et lutter contre la gravité. Le tonus de son dos évolue progressivement  d’une part au niveau physiologique et d’autre part grâce aux expériences qu’il met en place de lui-même : la gestion des petits déséquilibres, les aller-retours allongé/assis,  l’envie de décoller une main du sol pour attraper un objet etc.

Progressivement, Bébé ne se tient plus que d’une main puis un peu plus tard, il peut lâcher aussi l’autre main…il peut rester assis avec les mains libres…et les utiliser pour autre chose : exploration de son corps, manipulation des jouets….

La saisie des objets évolue progressivement : il commence à attraper ce qui est près de lui et l’amène à la bouche, puis il peut passer cet objet d’une main à l’autre, prendre un objet dans chaque main et les cogner puis les jeter…etc.

 

Une fois qu’il garde bien son équilibre en restant statique, il  développe toutes les transitions motrices possibles tout en jouant : il tourne la tête, puis le buste, puis tourne sur lui-même en mobilisant ses jambes, il revient allongé en s’affaissant sur le coté, en arrière ou même en avant, il donne des impulsions dans son corps et avance assis, amusant mais fatigant … le quatre pattes, c’est quand même plus efficace,  mais ça, c’est une autre histoire !

 

Tout cela ne peut pas se faire harmonieusement si Bébé est assis tout le temps dans un transat, un cosy ou encore,  maintenu assis par des coussins. La position assise imposée à un bébé ne l’ayant pas acquise par lui même engendre du stress pour Bébé qui ne sait pas de lui même revenir à la position allongée, qui ne contrôle pas sa posture et craint la chute, qui se contracte pour tenter de se maintenir dans cette position etc.

 

Comment l’accompagner :

 

Lorsque Bébé est un pro des retournements et tient très bien sa tête quand il est allongé sur le ventre, vous pouvez l’aider  à se mettre assis quelques secondes pour lui faire découvrir de nouvelles sensations : pour ça, vous pouvez soit  lorsqu’il est allongé sur le coté, lui tenir une main et l’attirer doucement vers vous tout en fixant la jambe opposée sur le sol, Bébé s’appuie alors sur son autre main au sol et se redresse…

Soit … à partir du plat ventre, chatouiller sa plante de pieds pour su’il glisse son genou sous son ventre, pivoter les fesses sur ce même  coté, Bébé se redresse et se retrouve assis …

 

et surtout cela reste bref, isolé,  et dans un cadre de jeu…juste pour le plaisir  ! Bébé est tellement fier de lui quand il y arrive par lui même que c’est vraiment dommage de l’en priver !!

 

 

Au quotidien, Bébé dispose toujours de son tapis de jeu dont l’espace mérite d’être élargi et suffisamment important autour de Bébé pour amortir les retours en position allongée, moyennement contrôlés dans les premiers temps.

De nouveaux jouets peuvent être proposés : balles, boîtes gigognes (s’encastrent les unes dans les autres), cubes, culbuto …