Quand l’allaitement ne se passe pas bien… comment le surmonter ?

Un post pour parler autrement de l’allaitement… 

Pendant ma première grossesse, je souhaitais vivement allaiter Petit Baroudeur et m’étais bien renseignée dessus, au vu de tout ce que j’entendais autour de moi… avec de la bonne volonté, de la persévérance, de bonnes infos et quelques accessoires, l’allaitement était naturel et « fonctionnait » donc sans grands soucis. 

Tout a bien commencé, Petit Baroudeur têtait… beaucoup et longuement, mais suite aux conseils de l’allaiter à la demande…cela me paraissait tout à fait normal. Par contre, il pleurait beaucoup et s’endormait très peu dans la journée…ou plutôt se réveillait très vite en pleurant…. Jeune maman, je me suis dit une fois de plus que mon petit bébé avait besoin de notre présence …et que c’était normal… D’ailleurs, vous aussi, vous trouvez ça normal, non? 

Alors, quand sur les bons conseils de la maternité, nous sommes allés chez le pédiatre pour le peser au bout de 15 jours … et que nous nous sommes aperçus que Petit Baroudeur n’avait pas pris le moindre gramme depuis la sortie de la maternité… alors là, ce fut la douche froide ! 

Passé un bref instant de déprime, je suis repartie plus motivée que jamais…en me disant que le pauvre loulou, il fallait qu’il puisse mieux têter… et donc encore plus à la demande. C’était parti pour une semaine épuisante où finalement il voulait toujours (ou presque) être au sein… et il pleurait toujours autant !  Après cette dure semaine, Petite pesée à la PMI…. bof bof, pas vraiment probant, le poids restait toujours très bas… la puéricultrice a commencé à me parler de biberon, de lait maternisé etc. si la semaine suivante il n’y avait pas de mieux.   Moi qui était si attachée à l’allaitement, j’ai eu mal au coeur… 

La semaine suivante chez le pédiatre, ça n’allait pas mieux… c’était même pire, il avait perdu du poids ! Bon là, mon ego de maman en a pris un coup … donc nous sommes passés à un allaitement mixte pendant 15 jours puis complètement au bib ensuite…. 

Si vous aviez vu comme Petit Baroudeur s’est jeté sur le 1er biberon que nous lui avons préparé… il m’a fait mal au coeur… il devait être affamé  :/  

… Au final, après avoir été un peu triste de ne pas avoir pu l’allaiter autant que je le voulais et dans de bonnes conditions pour nous deux, j’ai pris le parti de me dire qu’au final la meilleure preuve d’amour que je pouvais lui donner était de lui donner ce dont il avait besoin, de faire passer son intérêt avant le mien sur ce sujet… et d’avoir une maman en forme plutôt qu’un zombie qui s’étiolait (et qui commençait à se dire qu’au début, avoir un bébé c’était l’horreur.).

Et à partir de là… finis les pleurs incessants, finie l’inquiétude autour de la prise de poids, finies les nuits passées sans dormir une heure d’affilée… et Retour à une vie beaucoup plus agréable, à des moments de complicité plus sereins… 

J’ai le sentiment que de décider de tirer le positif de cette situation nous a vraiment aidé à dépasser cette situation… qui peut-être aurait dégénérée sinon…  et nous a permis de construire une très belle relation. 

Alors suite à cette expérience, plusieurs remarques: 

L’allaitement maternel c’est formidable… mais ça ne se passe pas toujours bien, et on peut être obligé d’y renoncer. 

Et quand ça ne « marche » pas et qu’une maman y renonce, ce n’est pas la peine d’accuser la maman, ou le bébé, ou l’entourage… il y a surement de multiples causes…  

Je lis souvent des témoignages de maman vraiment blessées en elles-mêmes de ne pas avoir « réussi » leur allaitement… et qui n’ont pas pu dépasser cette souffrance et se vivaient comme des « mauvaises mères », car on leur renvoyait sans cesse que : 

 1. L’allaitement maternel est ce qu’il y a de meilleur pour leur enfant. 

2. Les bébés ont toujours été allaités, donc c’est naturel, donc ça fonctionne forcément bien pour tout les couples Maman/Bébé.

Alors, de l’écoute,  de l’empathie et une absence de jugement … me semblent nettement plus utiles et appropriés… 

 

Et quand même, après réflexion, j’en suis venue à penser … que peut-être si à la PMI ou à la maternité, ou pendant la préparation à la naissance, on m’avait donné des adresses, des personnes à contacter… cela aurait pu se continuer autrement.

J’ai eu connaissance ensuite (trop tard, dommage !) d’associations autour de l’allaitement comme la Leche Leag par exemple, ou Allaitement-Informations près de chez moi … mais aussi de l’existence de consultantes en lactation qui peuvent conseiller avant, mais aussi au cours de l’allaitement en fonction de la situation personnelle de chaque dyade Maman/Bébé. 

Alors maintenant, quand on parle d’allaitement avec les copines, je parle de tout ça … et surtout je ne juge pas leur choix …  qu’elles décident de ne pas allaiter du tout,  qu’elles donnent du lait maternel à leur bébé mais uniquement au biberon, qu’elles l’allaitent à la demande ou pas, qu’elles l’allaitent pendant 3 mois, 6 mois, 1 an, 2 ans …. et quand elles ont souffert ou souffrent  d’un allaitement « raté », je leur dis la parole qui m’avait le plus aidée pendant cette étape : « Tu es une super maman, garde confiance en toi! » … et je suis même étonnée du nombre de témoignages qui rejoignent le mien… 

Bon, et comme je suis incorrigible 😉 et que je suis prête à relever le challenge… je repars motivée, et mieux outillée pour le Petit Marmot avec en vue un allaitement maternel autant que faire se peut 🙂