Fais pas ci, fais pas ça ….SINON … mais … sinon quoi !?

Je me rends compte depuis quelques jours  à ma grande honte que j’utilise le mot « sinon » troooop souvent avec Petit Baroudeur … quand je lui explique des choses en réponse à ses multiples questions, bon là ça va encore … mais également pour lui demander toutes les petites choses du quotidien. 

Evidemment, comme tout le monde, je peux me trouver de bonnes excuses … « il marche sur ses affaires … et sur les notres, il criiie et invective les uns et les autres de magnifiques « Cacaboudin » et « Gros nul », il saute par terre du haut de son tabouret en faisant un bruit infernal, il court de pièce en pièce, tourne sur lui même …. il réveille même les voisins deux étages plus haut le week-end.  Et Mr Papa n’est là que le we. « 

Alors oui ce n’est pas facile tous les jours…. Et j’ai pris cette mauvaise habitude de lui expliquer et lui  demander les choses en lui disant « Range tes jouets sinon on pourrait marcher dessus/ les perdre etc. », « Sors de la baignoire maintenant sinon… « , « Viens t’habiller sinon … »   Ce qui très franchement n’est vraiment pas à faire et à mon avis ne fait qu’empirer la situation.  

 

Pourquoi ?

Parce que cela lui crèe un stress supplémentaire, et crée des enjeux dans notre relation … il va justement faire durer le plaisir  et me faire devenir « chèvre ».  Il va en rajouter …. jusqu’au moment où quand il pense être allé trop loin, il vient réclamer un câlin … un câlin pour se rassurer. 

Je le ressens vraiment comme ça, car en ce moment il s’empare de mes propos et me les redemande souvent : « Maman t’aime très très fort. » « Et Papa ?  » « Papa aussi t’aime très très fort. »  Il peut aussi avec un regard malicieux m’assener un « Personne ne m’aiiime »  à l’image du petit renard dans le livre « Je t’aimerai toujours quoi qu’il arrive » et attend que je le rassure de nouveau. 

Tous les enfants ont ces périodes où ils ont besoin d’être rassurés sur l’amour que leur porte leurs parents …. car ils grandissent, passent des caps, perçoivent les choses autrement. Pour nous, par exemple,  il y a la naissance de Petit Marmot et l’accession à la propreté dans la balance … 

Ces périodes peuvent s’accompagner aussi de cauchemars, de changements dans le comportement, de questionnement des limites posées par les adultes, mais aussi de questionnements sur le pourquoi et le comment des choses etc. 

Alors, en tant que parent, c’est déstabilisant …. nos manières de faire habituelles sont mises subitement en échec, et nous avons face à nous un enfant aux réactions nouvelles… parfois épidermiques… parfois incompréhensibles … Pourquoi cette énorme colère pour ce qui nous parait à nous une broutille ? 

Malgré ce comportement difficile, et même à travers lui… l’enfant exprime en fait un besoin de réassurance, une certaine anxiété face à ce qu’il comprend mieux dans la complexité des relations humaines … et ce qu’il ne parvient pas à comprendre. 

La meilleure réaction est donc de parvenir à garder son calme et à (tenter de) prendre du recul … de ne pas créer d’enjeux là où franchement cela n’a pas d’importance (Pourquoi l’empêcher d’avoir l’assiette bleue plutôt que l’assiette orange … à part pour l’écraser de notre souveraineté parentale !?) … et de ne pas céder au chantage …. oups! 

D’ailleurs au boulot ou ailleurs, en tant qu’adulte … n’est on pas mieux disposés à faire les choses, même celles qui sont déplaisantes, si on est considéré, respecté et pris en compte ? … alors que si on nous aboie dessus, on pourra prendre un malin plaisir à faire trainer … à répondre de manière acariatre… voire à ruer dans les brancard…  

Donc voila, depuis cette prise de conscience … gros effort pour bannir le mot « sinon » de mon vocabulaire … et recentrage sur notre ligne éducative : lui demander tout simplement de faire ( ou de ne pas faire) les choses …  quand besoin est lui expliquer pourquoi … et lui proposer des dérivatifs pour que tout ne soit pas « à ne pas faire ». 

Et … cela n’est pas fini, car la meilleure chose à faire en terme d’éducation… c’est pouvoir et savoir se remettre en cause et questionner ses propres choix ! Ce n’est pas toujours agréable et confortable … mais indispensable pour ne pas se retrouver englué dans des conflits bien cristallisés… retrouver un climat serein à la maison… et accompagner nos enfants vers une autonomie et leur épanouissement.