L’allaitement maternel… La rubrique de Petite Pluie # 1

Aujourd’hui, on change de plume… je laisse la parole à Petite Pluie, jeune maman et psychomot, qui a choisi de vous parler de l’allaitement … 

L’allaitement maternel… Pour ou contre, là n’est pas la question de ce post. Ce choix appartient à chacune d’entre vous nous. Ce qui est important rappelons-le, c’est de faire le choix qui nous correspond et dans lequel on se retrouve. J’ai simplement voulu partager avec vous mon expérience et les petits trucs qui m’ont aidée. Je ne vous donne pas d’arguments pour l’allaitement maternel, ni comment réussir son allaitement et encore moins des conseils en cas de difficultés ; il y a déjà de nombreux articles, infos et personnes plus compétentes pour cela.

Pour ma part, cette démarche était évidente ; je voulais allaiter P’tit Flocon coûte que coûte. La chose qui me semble la plus importante a été de nous faire confiance à P’tit Flocon et à moi. P’tit Flocon a aujourd’hui 4 mois et demi et est toujours allaité exclusivement au sein.

Comme de nombreuses futures mamans, j’avais reçu beaucoup de conseils venant de la sage-femme qui m’a suivie et de mamans ayant allaité (groupe de mamans pour le maternage sous toutes ses formes, copines, collègues). Ces conseils ont été abondants et souvent redondants ce qui m’a permis d’avoir l’impression de « maîtriser » mon sujet, du moins la théorie. Bien que sur le moment, j’ai trouvé ça un peu répétitif, je pense aujourd’hui que cela m’a donné confiance et l’assurance pour aborder sereinement la mise en place de l’allaitement et d’essayer ce que je pensais bon et bien pour nous. J’ai donc eu des conseils, des explications sur les positions d’allaitement, la position du bébé, de sa bouche, comment se préparer soi, son sein… la montée de lait, les périodes de croissance, l’allaitement à la demande ou pas… les crèmes, les « outils », le tire-lait… Bref, beaucoup d’informations diverses et souvent complexes, qui ne font pas toujours sens avant de se trouver en situation mais qui, mine de rien, une fois qu’on y est, peut rassurer. Je vous fais donc la liste des petits trucs et outils que j’ai utilisé :

Massage avec Rebozo… pour femme enceinte :)

photo rebozo 9

Qui n’a pas envie d’un massage de temps en temps ?? Quand on y a goûté une fois, ensuite toutes les occasions sont bonnes pour s’offrir ou se faire offrir un soin relaxant, un massage, une pause détente… 

Et quand on est enceinte, on en a tout autant envie… et en même temps pour ma part, je n’ai pas osé pendant ma première grossesse car j’avais lu et entendu que cela comportait des risques* d’autant plus quand cela est effectué dans des centres de massage généralistes, non formés pour le massage des femmes enceintes. 

Il y a quelques jours, je suis entrée en contact avec Céline de Tikoala un peu par hasard… et il se trouve qu’elle est formée dans un type de massage spécifique pour les femmes enceintes et les jeunes mamans : Un massage de la globalité du corps aux huiles chaudes associé aux bercements du Rebozo. 

photo rebozo 9

J’ai eu la chance de profiter de ce massage… et je vous partage cette expérience, car je pense que c’est une bonne idée pour toutes les femmes, enceintes ou non. 

De quoi s’occuper à la maison – DIY

P1060102

Lorsque j’attendais Petit Baroudeur, j’ai été arrêtée à 3 mois de grossesse… et pas grand chose pour m’occuper à la maison à part le chat 😉 Du coup, au lieu de tourner en rond, je me suis lancée dans plusieurs réalisations en tricot et couture… sachant que je n’y connaissais rien. 

Voila quelques photos : 

P1060102 

Mon premier test : un tapis d’éveil avec différentes couleurs, textures et un peu de relief avec des gros boutons colorés. 

 

 

 

 

 

P1060099

 

Un vide poche avec des poches brodées... que j’ai accroché à l’extérieur du lit. Bien pratique pour ranger les peluches, ou jouets…. 

 

 

 

 

Envie de préparer le nid

Maman oiseau prépare son nid douillettement pour ses petits oisillons… je me sens comme cela moi aussi depuis quelques jours … malgré moi, je pense sans cesse à préparer son arrivée et j’écume les sites de puériculture, d’occaz etc. 

C’est très étrange, cette fièvre compulsive de vouloir préparer ceci, cela … et cela ne me ressemble pas au quotidien ! Et quand j’y pense, je me dis que j’ai bien le temps… d’ici septembre 😉

Est ce une envie de femme enceinte ( au même titre que le cliché « envie de fraises ») ? Est ce une envie précoce de materner  ? Est ce … ??? 

Je me demande si ce n’est pas pire que pour Petit Baroudeur, maintenant que j’ai testé différentes choses et que j’ai découvert, notamment via les blogs de maman, beaucoup beaucoup de produits innovants et de marques originales … 

Alors, je vais vous partager mes envies… et les futures et jeunes mamans s’y retrouveront peut-être, ou même découvriront de nouvelles choses … 

Bon, par contre, je fais l’impasse sur ce que j’ai déjà, on est d’accord …

Un doomoo… un petit nid confortable et douillet pour les temps d’éveil dans la journée, surtout pour les premiers mois.  Et ça, je l’ai depuis quelques jours, Merci Le bon coin !

Des bavoirs funky giraffe : des bavoirs bandanas pour les bébés qui bavouillent, et si jamais la petite marmotte a le même profil que Petit Baroudeur à ce niveau là, je vais en avoir besoin. Et quand je repense aux milliers de photos  prises avec des bavoirs pas esthétiques du coup, je me dis que ça pourrait être une bonne idée…

La sophrologie comme préparation à la naissance

La préparation à la naissance… on en entend beaucoup parler quand on est enceinte, en même temps ça peut paraître un peu mystérieux au prime abord, et il y en a différents types : préparation classique auprès d’une sage femme, préparation en piscine,  yoga prénatal, chant prénatal, haptonomie, sophrologie etc. 

Quand j’étais enceinte de Petit Baroudeur, j’ai été arrêtée très tôt par prévention à cause de mon travail et de l’importance de mes trajets quotidiens en voiture… idéal aux yeux des certains, ce repos forcé n’était pas vraiment ce dont je rêvais, surtout au début…

J’avais l’esprit tout à fait libre pour me centrer sur ma grossesse, et j’étais en fait très stressée…  qu’il puisse arriver quelque chose à mon bébé pendant la grossesse, et le discours médical à base de statitisques ne me rassurait pas du tout « Et pourquoi, je serais forcément dans la bonne partie des stats, hein ? » … et j’avais tous les exemples des enfants (et de leurs familles) que je voyais au travail avant d’être arrêtée, qui pour beaucoup, avaient eu des aventures malheureuses pendant la grossesse, ou lors de la naissance, ou même après… 

Donc j’étais inquiète, et je ne me voyais pas vivre toute ma grossesse dans cet état d’esprit… alors, j’ai cherché une solution, et j’ai entendu parler de la sophrologie comme préparation à la naissance. Je connaissais déjà un peu la sophrologie, l’ayant expérimenté pendant mes études, et je me suis lancée … en téléphonant à une sophrologue. 

Je suis tombée sur une personne très à l’écoute, chaleureuse, qui prenait vraiment le temps de me recevoir… (par exemple, il n’y avait pas de durée type de rendez-vous)… et qui me proposait des choses adaptées à mon état d’esprit du moment.