La minute relax du soir … face à la grosse pression de la rentrée

Petit Baroudeur a fait sa première rentrée scolaire cette année … ça se passe bien … mais quand je le retrouve le soir, à peine passée la porte de la maison qu’il se transforme en  boule de nerfs montée sur ressorts … cris, pleurs, agressivité, bêtise sur bêtise en me regardant droit dans les yeux, me rigolant au nez et m’assénant un tout nouveau « je fais ce que je veux ».

La peur n’est pas un sentiment à combattre mais à apprivoiser

Petit Baroudeur, 3 ans, a en ce moment beaucoup de peurs … 

J’ai envie de dire qu’il a de quoi avoir peur avec tous les changements qui se profilent dans notre vie : entrée à l’école, déménagement imminent, projets perso … 

Alors oui, il a peur … des sorcières, des ogres, des loups, des cauchemars, des motos, des bruits forts, de s’endormir etc. 

Et comment l’exprime t’il ? 

Il est capable de le dire tout simplement et de venir se réfugier contre nous, mais très souvent il fait aussi référence aux histoires qu’il affectionne … 

Et personnellement, je ne diabolise pas les livres qui font un peu peur, les livres avec des loups, les contes traditionnels …. car je pense qu’aui contraire ces livres  lui donnent des supports, des images pour pouvoir  dire ses peurs, les exprimer, les sortir de lui. 

Ce ne sont pas les histoires qui crèent la peur … l’enfant a déjà des peurs en lui car le monde est grand, plein d’inconnu, et en grandissant l’enfant se rend compte qu’il n’a pas une maîtrise totale de tout cela, ni des adultes qui l’entourent d’ailleurs … comme il en avait l’illusion plus petit. 

Non, non et non

Nous y voila … 2 ans et des miettes… et ce fameux « non » qui envahit nos journées… non pour ceci ou cela… » non non non » scandé et chantonné en allant au lit … et non …même pour dire oui 😉

C’est l’âge… je le sais…et pour le moment, c’est encore gentillet… mais c’est surtout une phase indispensable ! 

Alors, voila toutes les bonnes raisons de prendre son mal en patience : 

Le « non » fait grandir … il a un rôle important dans la structuration de tout enfant… en disant non, l’enfant s’affirme… il revendique sa place, ses goûts… il se positionne comme « pensant différemment que ses parents ».

A 2 ans, l’enfant a pris une certaine autonomie au niveau moteur… il marche, grimpe, explore, jette, manipule puis shoote, saute etc. … et cette autonomie lui permet de se sentir capable de faire énormément de choses…. quasiment autant que ses parents…selon lui ! Du coup, il veut faire par lui même, décider par lui même, régir l’organisation de la maison selon ses « lois »… il renverse même les rôles en disant à ses parents ce qu’ils doivent faire … 

Tout frais, tout croustillant… ce matin, après le pti dej, Petit Baroudeur déloge son père du fauteuil, s’installe et me demande de venir lui lire une histoire. Une fois bien installés, il regarde son père et lui dit  » Y a plus de place, Papa salle bain, Papa douche » …. Hum, hum… 

Peur de tout, peur de rien … ai peur Maman !!

 

Peurs enfantines, mais pas anodines

 

 

Depuis quelques semaines, Petit Baroudeur me dit souvent « ai peur »  … oui mais peur de quoi ???

Alors du bruit des motos , des ballons en baudruche, du docteur,  des personnes non connues ou peu connues qui viennent dans ses lieux de sécurité (maison, dortoir de la crèche),  des déguisements parfois…

Tout cela avec des degrés d’intensité, de la toute petite peur du bruit de la moto à la peur panique du ballon baudruche… Tout cela dit en souriant, en passant, en demandant un câlin, en pleurant … Tout cela dit de manière enfantine en projetant sur nous ses peurs,

ex :

Petit Baroudeur : « Moto … ai peur »

moi : Qui a peur ?

Petit Baroudeur : « Papa »