Liberté d’expérimentation pour Bébé … une richesse foisonnante d’activités spontanées !

P1080074

A la maison, on ne s’ennuie pas … entre Petit Baroudeur et petit Marmot, chacun fait ses petites expériences et a ses propres demandes. Petit Baroudeur, quatre ans tout juste, est très demandeur de présence … d’histoires, de jeux à faire ensemble …

Alors, quand je lui raconte une histoire ou joue avec lui, j’observe en même temps Petit Marmot, bien plus indépendant, et je suis toujours étonnée de sa créativité ! 

Il va avoir 18 mois dans quelques jours, et montre une richesse d’activités spontanées et une qualité d’expérimentations … qui me bluffe ! En fait, je me dis qu’il découvre bien plus de choses ainsi que s’il était toujours en « activités dirigées », « jeux proposés par l’adulte »,  » manipulation de jeux conventionnels » … 

Bébé : Styles moteurs et variation du rythme d’évolution

Les bébés, tous différents !! Si si, c’est vrai !

Et pourtant, souvent, on a tendance à penser qu’avec le même type d’accompagnement, ils auront tous le même type de développement : le même style moteur, les mêmes aptitudes aux mêmes âges…. Et bien, non, raté !

En termes d’accompagnement, pour favoriser un bon développement psychomoteur ( tant au niveau des déplacements, des manipulations, de l’éveil, de la relation aux autres, de la confiance en soi, de l’expression ), l’idéal est de permettre à Bébé d’avoir une liberté de mouvement, du temps et suffisamment d’espace pour expérimenter  au sol, de l’autonomie, des objets/jouets variés mais sans surcharge. 

Avec cette base là, Bébé a tout ce qu’il faut pour découvrir  ce qui l’entoure et développer ses compétences.  Le développement psychomoteur se déroule naturellement, sans stimulations, du moment que l’environnement de Bébé est suffisamment accessible avec un climat serein et bienveillant. 

Et chaque Bébé en fera ce qui lui semble bon

Bébé au bain … libre de ses mouvements

 

Le bain…  souvent un moment agréable pour Bébé qui apprécie de se sentir dans l’eau et se laisse alors bercer ou gigote en tous sens.

Pour le parent, ce n’est pas toujours simple de savoir comment s’y prendre pour baigner et laver Bébé …. Peur de le lacher, difficulté à gérer le savonnage/rinçage etc. Alors,on trouve de multiples accessoires pour faciliter les choses : transat de bain pour les plus petits, barrière ou siège pour les plus grands. En apparence, ces accessoires facilitent la tache du parent … mais malheureusement limitent énormément les possibilités de mouvement et de jeu de Bébé.

Il est tout à fait possible de laisser gigoter ou se détendre Bébé en le tenant de manière sécurisante et en adaptant sa posture et l’environnement autour de la baignoire, pour que cela reste confortable pour Bébé et son parent ( baignoire de bébé surélevée, puis petit tabouret, coussin au sol, serviette qui s’accroche au cou de l’adulte etc.).

Et, il est même possible de faire plus encore … j’ai découvert dans un excellent livre, dont je vous reparlerai plus en détail (Michèle FORESTIER : de la naissance aux premiers pas) …. Le bain libéré ou dit autrement : la motricité libre pendant le bain.

Et hop, une nouvelle acquisition ….sans crier gare !

enfant-autonome escalier

Il ya deux jours, Petit Baroudeur a décidé qu’il ne voulait plus de couches …

J’étais très sceptique car jusque là, il s’en fichait royalement d’avoir des couches, ou d’être mouillé les rares fois où il n’en avait pas.

Prête au pire, je lui ai proposé de mettre une culotte … et hop, c’était parti ! Et ça se passe plutôt bien… Bien sûr, on le change plus souvent dans la journée, car il n’anticipe pas encore très bien… 

Mais ça a même un petit coté amusant, comme hier après midi quand je lui demande d’aller sur le pot … j’arrive quelques secondes après et je le découvre assis sur son pot… mais habillé ! Bon, évidemment le pantalon était mouillé !!

Tout ça pour dire que parfois (ou souvent, selon les enfants !) les acquisitions arrivent d’un coup, soudainement … alors qu’on ne s’y attend pas (ou qu’on ne s’y attend plus), sans que l’on ait remarqué de signes précurseurs

En effet, la plupart du temps, on a quand même le temps de voir les progrès s’installer … on voit que l’enfant répète certaines choses, expérimente beaucoup autour d’un déplacement, d’une position, d’un jeu etc.  , on sent que quelque chose se prépare  et jour après jour on voit les choses s’affiner jusqu’à la maîtrise d’une nouvelle fonction. 

Alors que quand les acquisitions arrivent de manière soudaine, elles sont d’autant plus surprenantes pour l’entourage … qu’elles arrivent « finalisées ». L’enfant est de suite autonome et à l’aise avec ce qu’il vient d’acquérir … par exemple, du jour au lendemain, vous voila avec un bébé qui marche à quatre pattes … alors que jusque là il était plutôt statique au sol. 

Bouger librement… le B.A.BA pour acquérir la marche

Vous connaissez Laurence RAMEAU…puéricultrice, formatrice de professionnels de la petite enfance, directrice de crèche, auteur d nombreux ouvrages sur la petite enfance …

Je suis tombée sur un article qu’elle a rédigé, dans le dossier consacré à la marche dans le journal des professionnels de la petite enfance de mai/juin 2013 … et je pense que ça vaut le coup de s’apesantir un peu dessus … je vous fais un petit debrief. 

L’article s’intitule tout simplement « Bouger, bouger »

Première chose, cet article a un petit coté « militant » en faveur de la motricité libre… personnellement, je suis tout à fait d’accord avec elle alors ça me va très bien 😉

Elle commence par donner l’exemple de deux petits garçons … un qu’on a laissé expérimenter à son rythme sa motricité, ses découvertes etc. « Régulièrement, Maxime joue allongé sur le sol. Son papa à ses cotés lui tend un jouet qu’il prend dans sa petite main. Mais le jouet lui échappe et tombe. Il se tourne pour essayer de l’attraper. Son papa l’encourage. » … et l’autre que l’on a mis très tôt face à des enjeux de posture « De toute façon, ses parents exigent  qu’il reste assis, car dans cette position il a les mains dégagées  (…) et ce n’est plus un bébé, donc il n’y a aucune raison de ne pas l’asseoir… »… 

L’accent n’est pas mis dans ce double exemple sur la précocité de l’un ou de l’autre pour l’acquisition de la marche, mais plutôt sur tous les retentissements que cela a dans la relation enfant/parents, au niveau de la confiance en soi, et des manifestations comportementales ( humeur, caractère, entrain, pleurs  etc.). Bien sûr, cela n’est pas à prendre au pied de la lettre … il ne faut pas figer les choses et enfermer les enfants dans des comportements types en fonction de ce qu’on leur apporte… chaque enfant est unique, différent, avec sa personnalité, ses envies, son rythme d’évolution…

Construire son axe corporel …. une étape indispensable avant d’acquérir la marche !

La marche n’arrive pas de manière magique… quoiqu’on essaie de faire…

Et  le postulat de départ est très simple : « Impossible de marcher sans tenir debout, en équilibre ! »

Qui dit debout et équilibre… dit « verticalité » et aussi « axe corporel »

Voila un thème qui tient beaucoup à coeur aux psychomot car c’est un des grands fondamentaux dans notre pratique:  L’importance de la verticalité, de l’acquisition de l’équilibre …. tout en construisant une bonne connaissance de son corps et notamment de l’axe corporel …  est essentiel  pour le développement d’une motricité bien maîtrisée et expressive…

Mais qu’est ce que l’axe corporel ? 

Ces bébés qui dorment collés contre le bord du lit …

Flashback...  A l’aube, la maisonnée se réveille et comme tous les matins, je retrouve Petit Baroudeur collé contre les parois de son lit, lové contre le montant en bois… quel confort !!  😉 … Je trouve ça amusant et en même temps attendrissant … Mais bien sûr, on peut se demander le pourquoi du comment ? 

Je sais que Petit Baroudeur n’est pas une exception, au contraire c’est un grand classique cette histoire là !!  

Et oui, car le nourrisson a besoin de trouver des limites « physiques » dans son environnement… des limites « physiques » comme celles qu’il a connu au niveau intra utérin … cela lui donne des repères et l’aide donc l’aide à être plus serein  et diminue son anxiété de se sentir perdu, tombé etc. … 

… Cela l’aide donc à mieux s’endormir, aussi … ce qui est non négligeable, n’est ce pas ?

L’importance du corps dans le développement de Bébé

Un autre titre aurait été possible : Chez Bébé, tout passe par le corps…

Car oui, cette place centrale du corps dans la vie de Bébé est fondamentale, et voila le pourquoi du comment :

On ne peut pas s’occuper d’un bébé sans s’occuper du corps de ce bébé et sans être impliqué soi même dans son corps (toucher Bébé, porter Bébé, soigner Bébé, chatouiller Bébé, masser Bébé etc.).

Bébé, avec ton tonus, tu me parles !

Un petit article sur l’importance du tonus chez le bébé et ses parents…
 
Dans les premiers mois de vie, le premier mode de communication entre Maman et Bébé se réalise par le tonus, et on parle de dialogue tonico-émotionnel… késako ??
 
Pour commencer, une petite définition :
 
Le tonus est la contraction minimale de nos muscles à l’état de repos (il nous permet de rester debout alors que nous sommes détendus par exemple)  et il est modulé à tout instant par notre état de vigilance, nos sensations, nos émotions, nos relations à l’autre. 
En gros, je serai plus tonique lors d’un entretien avec mon patron qu’en train de prendre un verre avec ma meilleure amie…vous voyez ce que je veux dire ! )