Le geste graphique … un geste très abouti ! … Le préparer et l’accompagner …

En pleine réflexion sur le graphisme…. et ses prémisses, je partage avec vous mes réflexions du moment, suite à mes constatations au travail et celles en contraste sur la blogosphère, pinterest etc. Avec un nouveau poste en cmpp, les enfants que je vois ont pour la grande majorité des difficultés d’apprentissage de l’écriture …. tenir […]

Mobilisation nationale !

affiche manif 2015

Une grande journée de mobilisation est en train de se préparer !!     Les psychomotriciens se mobilisent pour l’avenir de la profession : la formation, la reconnaissance  de la pratique et de son évolution, l’officialisation des nouveaux champs de compétences, la recherche et le développement des connaissances.  Pour cela, il est indispensable que les […]

L’école maternelle et la psychomotricité …

J’ai souvent entendu des enseignants de maternelle dire qu’ils faisaient de la psychomotricité avec les enfants.  J’avoue que cela me fait toujours tiquer, car le mot psychomotricité est utilisé dans ce cas comme un fourre tout comprenant l’éveil corporel, la motricité globale avec parcours, jeux de ballon, vélos et trottinettes … et c’est à peu près tout. 

Enseignants et parents se représentent ensuite la psychomotricité comme uniquement cela, alors que son champ d’action est bien plus vaste, et est au service du développement et de l’épanouissement de la personne dans toutes ses composantes. 

 

Suite à un projet de mise en place d’ateliers d’éducation psychomotrice pour des classes de maternelle,  voila un petit doc sur le développement psychomoteur, son impact sur l’entrée dans les apprentissages scolaires, et la mise en place d’ateliers en maternelle : 

Le découpage … et sa progression

ciseaux boule

Petit zoom sur le découpage … 

 

On a parfois tendance à penser que l’enfant, à tel ou tel âge, devrait savoir découper … ou à l’inverse n’est pas en âge de tenir une paire de ciseaux. 

Or, découper n’a rien d’inné, mais résulte d’un apprentissage … alors c’est sûr il faut attendre que l’enfant ait un peu d’aisance au niveau de la motricité fine, mais cela est accessible plus tôt que l’on ne pense, à condition d’y aller par étapes.  

Pourquoi refuse t’il de toucher … ou au contraire veut il toujours tout toucher ??

Toucher… un acte répété des milliers de fois jour après jour, dès notre naissance et tous les jours de notre vie… un acte banal… qui nous donne de multiples informations pour comprendre ce qui nous entoure et pour être en lien avec les autres.

Toucher… se fait avec notre peau… et pas seulement au niveau des doigts et de nos mains… mais avec l’ensemble de notre corps : les pieds sur le sol, le dos appuyé contre un mur, les jambes sur un matelas, les fesses sur une chaise etc.

Toucher un objet, c’est recevoir des sensations diverses… doux, rêche, rugueux, lisse, bouclé, épais, chaud, froid, piquant, grumeleux, visqueux … plus ou moins agréable selon notre sensibilité et nos goûts.

Chacun a ses préférences en fonction de ses premières relations (bébé/parents), de son environnement, et de son seuil de sensibilité tactile. Car oui, il existe des différences à ce niveau là…

L’imitation … une clé pour grandir !

Bébé, dès ses premières semaines,  développe tout  naturellement ses capacités d’imitation… des sourires, des vocalises, des grimaces, des gestes… et cela au grand bonheur des parents, de la famille, des amis etc. qui s’empressent à leur tour d’imiter Bébé ! Ainsi s’instaure du plaisir partagé et des imitations à tour de rôle : Bébé est successivement celui qui imite puis celui qui est imité, et il peut de lui-même choisir le moment du changement de rôle…

Par ces imitations naturelles, pleines d’émotions, répétées et partagées plusieurs fois par jour … Bébé entre de plus en plus dans la  prise en compte des autres personnes et intègre la réciprocité. Ce sont  les bases du tour de rôle, nécessaires plus tard dans la vie quotidienne …  les jeux de société, la file d’attente du toboggan et aussi dans les moments plus « sérieux » comme à l’école.

Connaître son corps … un jeu d’enfant !?

Bébé observe ses mains et les mobilise devant lui… il regroupe ses jambes et les amène sur son ventre… il attrape ses pieds avec ses mains et les porte à la bouche … autant d’expériences qui contribuent  à la connaissance de son corps ( ou comme nous disons en psychomotricité à la structuration du schéma corporel).

 

La connaissance du corps se développe à partir de toutes les sensations tactiles et internes, de tous les mouvements, de toutes les intéractions corporelles avec ses parents et autres personnes familières.

La séance du jour…

Immersion en terre psychomotrice… je vous invite dans une de  mes séances du jour.

Ce matin, je commence avec Arthur…un beau petit bonhomme de 5 ans qui rentre en grande section cette année, avec cette particularité qu’il présente un trouble autistique. Arthur se replie beaucoup sur lui-même…évite le contact par le regard, présente beaucoup de stéréotypies (il bouge ses doigts devant ses yeux, présente des battements des bras etc.), utilise le langage en répétant des mots entendus sur l’ordinateur ou le téléphone mais peut par moment faire une demande simple…
Arthur est vite inquiet face à la nouveauté et aux changements, il peut alors avoir des gestes « d’automutilation » : il se mord la main, ou appuie très fort sur son visage…