logo mam psychomot
facebook hellocoton les vendredis intellos

Développement psychomoteur

Les grandes étapes toniques et posturales de la naissance à la marche ainsi que les principes régissant le développement psychomoteur du tout petit. 

La motricité libre, ça vous parle ?

Note utilisateur:  / 0

La motricité libre, ça vous parle ?

Motricité libre

Petit Baroudeur est allongé sur son tapis, il bouge sa main et touche quelque chose, il l'agrippe et secoue sa main...incroyable, ça fait du bruit ! Il secoue plus fort, et surprise, il voit l'objet rouge au bout de sa main...il amène l'objet plus près de ses yeux et essaie de l'attraper aussi avec son autre main...après plusieurs tentatives, c'est réussi... (Souvenirs de quelques mois...)

 
Le concept de motricité libre a été créé par Emmi PICKLER à partir de l'étude du développement du bébé et avec cette conclusion : 
Tout bébé, dans un environnement affectif sécurisant,  a les compétences motrices et relationnelles pour grandir et se développer par lui même, sans stimulations supplémentaires. 
 
En effet, en agissant sans contraintes et à son rythme, le bébé découvre son corps, ses possibilités d'action, mais aussi ses limites. Il découvre progressivement de nouvelles choses et répète autant de fois qu'il le souhaite ses expériences.
 Par exemple, tout petit, il tourne la tête à droite, puis la remet dans l'axe de son corps, puis tourne de nouveau la tête etc..

Bébé s'enroule !

Note utilisateur:  / 0

J'ai envie de vous parler d'un truc fondamental dans le développement du bébé: l'enroulement.
Bébé s'enroule

Pas besoin d'être un génie pour se rendre compte que dès tout petit, le bébés est enroulé, tout rassemblé sur lui-même...Il faut dire que dans le ventre de Maman, Bébé n'a pas trop le choix, l'espace est limité, il rassemble donc ses membres sur lui-même...


A la naissance, Bébé garde cet enroulement sur lui-même, notamment par le fait que son dos est arrondi à cause d'un tonus faible, et que ses membres sont fléchis avec un tonus assez fort : On s'en rend bien compte notamment quand on regarde un nouveau-né , ou encore mieux quand on l'habille.

Au niveau physiologique, l'enroulement est pour Bébé une position de confort et est donc à préserver  à tout moment : dans le portage, au moment du change, des jeux, et dans le sommeil avec la possibilité d'installer un cocon avec un drap enroulé sur lui-même que l'on passe sous les genoux de Bébé et autour de son corps. Cet enveloppement doit rester souple pour donner un maximum de confort, et de plus en permettant à Bébé de retrouver des limites palpables autour de son corps, on lui apporte un grand sentiment de sécurité.

Les émotions prennent appui pour Bébé sur ses sensations. Les sensations positives liées à l'enroulement amènent des émotions positives de bien-être, de sécurité, de détente, de plaisir. D'ailleurs, quand Bébé pleure, rien que le fait de le remettre en enroulement l'apaise et lui permet de nouveau d'être disponible. Cela se fait naturellement, sans y penser en fait...
Et ce processus est réciproque, un ressenti de détente  ramènera Bébé vers une position d'enroulement. Plutôt bien fait quand même ! 

 L'enroulement n'est donc pas juste une position à préserver, mais il est aussi le vecteur de  la sécurité de base: Bébé se sent aimé comme il est, pour lui-même, et de manière inconditionnelle...ce qui lui donnera ensuite de l'assurance et une bonne confiance en lui pour découvrir le vaste monde...

Manger avec les doigts, Miam !!

Note utilisateur:  / 0

Ce soir, Petit Baroudeur a planté avec délectation son doigt dans son yaourt et l'a porté avec plaisir à la bouche...Humm, bien meilleur comme ça !
Bien sûr, il a recommencé...jusqu'à y mettre la main entière...

Je regarde toujours avec inquiétude ce genre d'expérimentation...Hum, je n'ai pas mis mes bottes, mon grand tablier et un chapeau de pluie...Comment cela va t'il se finir ?

Pourtant, c'est top pour lui de faire ça et ça le fait grandir :

  • Il se rend compte qu'il peut faire par lui-même..Snif, bientôt il voudra manger vraiment tout seul. Se passer de Maman/ Papa pour manger, c'est un pas de plus sur le chemin de l'autonomie.
  • Pour satisfaire son désir de faire seul, il va vouloir ensuite prendre la cuillère lui-même et développer plein de choses : la motricité fine, la coordination oeil-main, l'attention.
  • Il découvre en plus des goûts, les textures des aliments, leur température, et développe sa sensorialité.
  • Il peut associer les sensations buccales aux sensations tactiles, et cela construit aussi son intelligence : capacité de comparer, d'organiser, de catégoriser etc.
  • Il éprouve du plaisir à manger, et cela enrichit son stock de sensations agréables sur lequel il construit sa confiance en lui et en autrui.

 Alors, je respire un bon coup, je souris à mon Petit Baroudeur et je le laisse faire un petit moment avant de reprendre la main...pour que le repas reste un bon moment pour nous deux !


Post scriptum : 

C'est fou comme l'alimentation peut devenir source de conflit...je me rappelle de ces repas, il y a quelques mois, où Petit Baroudeur ne voulait rien manger et où il se faisait vomir si on lui donnait une cuillère de plus que ce qu'il voulait.

Avec EPP, on s'est posé, on a réfléchi un peu, on a pris conseil et on s'est rassuré : Non, un bébé ne se laissera pas mourir de faim, et non ce n'est pas grave s'il saute un repas...alors maintenant, il mange la quantité qu'il veut de son plat, et il n'y a pas de plat de remplacement. Et il a son dessert même s'il n'a mangé que 3 cuillères de légumes.

Et bien, depuis que nous faisons ça, tout se passe à merveille...Petit Baroudeur dit "non" avec la tête quand il n'en veut plus, demande la suite du repas, et ne réclame rien de plus quand le repas est terminé. 


Et vous, les repas, vous gérez comment ?

Laissons les vivre !

Note utilisateur:  / 0

Ce soir, j'ai envie de parler du développement des bébés...et de les laisser grandir tranquillement à leur rythme !

Sous-catégories

Me connecter