logo mam psychomot
facebook hellocoton les vendredis intellos

Tomber ... pour mieux se relever

Aujourd'hui, j'ai envie de revenir sur un thème qui revient bien souvent dans les questions de parents, les mails que je reçois, les discussions et échanges :

 Et si mon enfant tombe ?

Il est tombé, je n'ai rien pu faire, je m'en veux ... 

Il est tombé, cela va t'il casser la bonne dynamique dans laquelle il était pour l'acquisition de la marche ? 

Je ne veux pas qu'il tombe, je ne le mets que  sur du "mou". 

 

Alors, oui, adultes, parents ... nous sommes inquiets vis à vis des chutes de nos bambins et imaginons souvent le pire. D'ailleurs, les mots "chuter" et "tomber" sont assez négatifs sur un plan symbolique et on lleur donne souvent une signification d'échec. 

Mais si nous nous resituons à hauteur d'enfant ... et vis à vis du développement moteur du tout petit, les chutes sont nécessaires. Entendons nous bien ... je parle là des chutes normales, celles qui arrivent dans les expérimentations libres du bébé au sol ... et évidemment pas de celles de la table à langer, du lit à barreaux escaladé, de l'escalier etc. 

Revenons à Bébé :

Il découvre son corps et ses possibilités dans ses expérimentations spontanées : la gravité, la vitesse de déplacement, la force musculaire sont autant d'atouts pour découvrir de nouvelles choses ... mais elles demandent à être dosées, appréhendées, et Bébé doit ainsi procéder par différents essais pour évaluer le "trop peu", le" trop", et le "juste comme il faut" ... Pour cela, il se fie à ses sensations, ses ressentis.... mais aussi aux réactions de son entourage. 

Dans ce contexte, la chute correspond à ce petit déséquilibre où l'enfant perd la maîtrise de son déplacement pendant quelques secondes ... et il est très important qu'il s'y accoutume et se l'approprie dès ses premières expérimentations. C'est d'ailleurs ces premiers déséquilibres un peu "forts" qui l'amènent aux premiers retournements sur le sol.  

Une fois l'effet de surprise passée, Bébé va très vite savoir gérer le déséquilibre avec des réflexes de protection .. qu'on appelle "réaction parachute". Bébé met ses mains devant lui pour amortir le contact avec le sol et retrouver sa maitrise de la situation tout en douceur. 

Et tès vite, Bébé se prête au jeu et s'en amuse ... il joue avec les limites du déséquilibre et répète de nombreuses fois ces déséquilibres. La chute est vécue comme un jeu, dans un plaisir de sensations et de découvertes... 

Ces toutes premières "chutes" au sol permettent à Bébé  de s'y accoutumer et le prépare à gérer les déséquilibres d'un peu plus haut ... de la hauteur de son buste dans la station assise ... puis plus tard debout. 

Toutes les étapes motrices, postures et déplacements amènent leur lot de déséquilibres qui montrent tout l'apprentissage de l'enfant à développer son équilibre dans le sens longitudinal (avant/arrière), dans le sens latéral (droite/gauche)... tout en gérant la gravité, puis la vitesse de déplacement etc. 

Donc une fois debout, dans l'acquisition de la marche ... oui le petit enfant va tomber, mais ce sont des chutes normales. Bien souvent, la première fois il est surpris mais si son entourage est de suite rassurant et ne s'en  inquiète pas ... il reste serein et continue ses prouesses. 

Un enfant qui sait se mettre debout par lui même, et tout aussi important, voire plus, revenir au sol par lui-même ... ne sera pas anxieux face aux chutes car il les amortit très bien

... en pliant ses jambes et en s'enroulant s'il part en arrière, il atterit ainsi soit assis sur les fesse, soit accroupi. 

... en mettant ses bras et ses mains devant lui s'il part en avant, et en s'enroulant également, ce qui lui permet d'arriver à quatre pattes, ou allongé  avec la tête protégée par ses mains. 

Donc tomber, en soi, ce n'est pas grave ! 

 

Après, malheureusement, il y a les chutes plus impressionnantes qui résultent d'un obstacle imprévu, de la fatigue, d'un élément distractible, de l'environnement... 

Dans la dynamique de l'apprentissage de la marche, certains petits peuvent ainsi faire une expérience malheureuse où la chute va dépasser leur capacité de régulation, de rééquilibration, d'auto-protection... et où du coup ils vont sentir l'inquiétude de leur entourage, avoir peur de cette sensation trop forte  et trop déstabilisante, et parfois aussi se faire mal. 

Ce type de chute peut "refroidir" un enfant qui était lancé dans la dynamique de la marche, et l'entourage s'inquiète alors de voir cet enfant abandonner ses essais debout et revenir au sol. 

Alors, pas d'inquiétude, c'est tout à fait normal... l'enfant va se rassurer dans du connu, dans des choses qu'il maîtrise parfaitement avec du quatre pattes, du ramper, du déplacement assis sur les fesses ... avant de repartir à l'assaut de la verticalité quelques jours plus tard, si on le laisse expérimenter à son rythme et que l'entourage reste confiant et rassurant. 

Le risque serait plutôt de l'inciter à se remettre debout et à  le stimuler pour qu'il marche de nouveau  tout de suite ... ou à l'inverse d'être très inquiet dès qu'il se met debout .... s'il ne sent pas prêt à faire par lui même, ou à l'inverse s'il sent qu'on ne lui fait pas confiance, il risque de se "bloquer" et la période nécessaire de réassurance peut alors être beaucoup plus longue.

En lui laissant prendre son temps, tout rentrera bien vite dans l'ordre... 

Sans titre-21

 

Voila, j'espère que ce petit topo répondra aux interrogations de beaucoup de parents :)

Ajouter votre commentaire

Ecrire un commentaire en tant qu'invité

0
Restrictions sur les pièces jointes Seules les extensions de fichiers suivantes sont autorisées: bmp, csv, doc, gif, ico, jpg, jpeg, odg, odp, ods, odt, pdf, png, ppt, rar, txt, xcf, xls, zip 0 / 3
conditions d'utilisation.

Liste des participants qui ont commenté cet article

  • Cynthia

    Signaler

    MERCI!!! quel article rassurant, ma fille se met debout depuis un certain moment et explore à tout va, on pensait bien que ces chutes étaient nécessaires mais après quelques belles chutes, c'est rassurant de savoir que l'on fait bien de la laissée expérimenter seule. Encore merci!

    vendredi, Sep 9 2016 12:26:29pm
  • merci merci pour cet article superbe que j'essaie tant bien que mal à faire comprendre à mon chéri. Lui qui sans cesse était derrière son fils de peur qu'il tombe :/ et moi qui "laissait" ma fille tomber on me disait que j'étais une mauvaise mère alors que je savais que le pire c'est de leur faire peur et de les empêcher de connaître leur corps....

    mardi, Oct 22 2013 2:23:08pm
  • Ma loupiotte a toujours eu un excellent équilibre. Elle est très rarement tombée. Je me souviens d'un trajet en TGV, à 3 ans, où elle arpentait le wagon sans se tenir et sans jamais être déséquilibrée...
    Par contre la biscotte chute souvent, et c'est vrai que m'inquiète plus, alors qu'en fait c'est tout à fait normal. D'ailleurs ça ne la refroidit pas!

    mardi, Oct 22 2013 1:19:12pm
  • Bonjour,

    Un article intéressant (comme d'habitude :) ).
    Suite à sa lecture je me dis que vous pourriez mettre un lien vers cet article http://journalpsychomotricienne.fr/petit-et-gros-pepins/sante-et-prevention/142-les-petits-pieds-comment-vont-ils.html. A mon sens les chutes et les mauvaises chaussures sont souvent liées. Je rencontre beaucoup d'enfants qui tombent lors de l’apprentissage de la marche, après discussion avec les parents et le prêt de chaussons souples ... la différence pour l'enfant est flagrante! Bien souvent les parents sont conquis par les chaussons souples quand ils voient comme leur enfant semble plus à l'aise pour marcher ... et parfois ils achètent aussi des chaussures souples, mais c'est plus rare. J'ai mal aux yeux quand je vois des petits enfants marcher avec des kickers ou autres chaussures ultra dures! Ils marchent comme des robots en tapant tout leurs pieds au sol ... mais les mentalités sont dures à changer et pour la majorité des parents il faut de "bonnes" chaussures, bien dures qui maintiennent bien tout le pieds!

    Il y a aussi un point qui à mon sens serait intéressant à approfondir : c'est l'attitude des parents. Quand l'enfant tombe on entend souvent : ce n'est pas grave, relève toi. Hors cela revient à nier les émotions de l'enfant. En tant qu'adulte, si je tombe, je n'aimerai pas qu'on me dise relève toi ce n'est pas grave. Même si effectivement, comme vous l'avez écrit: tomber, en soi, ce n'est pas grave! Cela fait parti des apprentissage de la vie. Mais si les enfants pleurent quand ils tombent ce n'est peut être pas toujours parce qu'ils ont eu mal, c'est peut être aussi dû à la frustration qu'engendre cet acte, c'est dur de se rendre compte qu'on n'arrive pas du premier coup à faire ce qu'on souhaite., que l'objectif fixé n'est pas atteint. Au lieu de nier ce ressentie, en tant qu'adulte bienveillant il est pourtant si simple d'accorder à l'enfant le droit de ressentir ces émotions et l'aider à mettre des mots sur ce qu'il ressent : oui tu es tombé, tu es déçu de toi, tu n'as pas réussi à aller où tu voulais, mais tu peux avoir confiance en tant et en tes capacités, je suis là à côté de toi, est ce que tu veux que je t'aide à te relever, tu sais tu peux réessayer encore et encore jusqu'à ce que tu y arrives. Une amie me disait que lorsque son fils de 1 an tombait et qu'il pleurait elle lui disait ce n'est pas grave relève toi ... et il pleurait parfois pendant un quart et était inconsolable. Elle a lu le livre : "parler pour les enfants écoutent et écouter pour que les enfants parlent" et elle a changer son comportement. Du jour au lendemain, quand son garçon tombait elle lui disait : oui tu es tombé, je l'ai vu, ça arrive, tu découvres ton corps, mais tu sais que tu peux te relever et recommencer. Les pleurs d'un quart d'heures ont cessé immédiatement et son petit garçon retournait jouer et explorer!

    Il y a donc les mots des adultes qui sont importants, mais aussi les actions des adultes. Je vois souvent des parents se précipiter pour relever un enfant qui vient de tomber. Mais à mon sens ce n'est pas l'aider que de le relever immédiatement. Il faut plutôt l'aider à trouver comment se relever, à l'accompagner et ne pas faire à sa place car c'est par la aussi que passe les apprentissages des enfants. (J'ai connu une petite fille qui lorsqu'elle tombait restait sur le dos et attendait qu'on vienne la relever ... c'est assez perturbant en tant que professionnelle de voir cette petite fille rester au sol pendant parfois 10 minutes à attendre que quelqu'un vienne).

    Bon je crois que j'ai finit là ;) . Bien sur tout ce que j'ai écris concerne les chutes sans gravités! J'espère que vous trouverez un intérêt à mon commentaire et que vous ne le trouverez pas trop long.:)

    Bonne journée
    Adèle

    lundi, Oct 21 2013 2:20:00pm
  • Merci de ce très intéressant commentaire ... pour moi ... et pour tous ceux qui le liront !! C'est un témoignage vraiment enrichissant !

    dimanche, Nov 17 2013 10:34:42pm

Me connecter