logo mam psychomot
facebook hellocoton les vendredis intellos

Construire son axe corporel .... une étape indispensable avant d'acquérir la marche !

La marche n'arrive pas de manière magique... quoiqu'on essaie de faire...

Et  le postulat de départ est très simple : "Impossible de marcher sans tenir debout, en équilibre !"

Qui dit debout et équilibre... dit "verticalité" et aussi "axe corporel"

Voila un thème qui tient beaucoup à coeur aux psychomot car c'est un des grands fondamentaux dans notre pratique:  L'importance de la verticalité, de l'acquisition de l'équilibre .... tout en construisant une bonne connaissance de son corps et notamment de l'axe corporel ...  est essentiel  pour le développement d'une motricité bien maîtrisée et expressive...

Mais qu'est ce que l'axe corporel ? 

L'axe corporel est de manière très simplifiée l'axe qui relie notre tête à notre bassin, via notre colonne vertébrale...

Sur un plan purement mécanique, cet axe est très important  car sa mobilisation entraîne les mouvements de l'ensemble du corps, et contrôle les charnières des grandes chaînes articulaires.

On distingue par exemple deux "ceintures"... une au niveau du haut du corps "la ceinture scapulaire" responsable des mouvements des membres supérieurs : épaule, bras, coude, avant-bras, poignet, main, doigts ... et une au niveau du bassin "la ceinture pelvienne" contrôlant les mouvements du bassin et des membres inférieurs (de la cuisse aux doigts de pieds).

Quand nous pensons cet axe, nous le pensons plutôt comme une ligne imaginaire allant du sommet de notre crâne jusqu'au milieu de notre bassin (et par extension , cette ligne atterrirait au sol entre nos pieds). Cette image de l'axe corporel sert de base  dans toutes les représentations utilisées dans les méthodes de relaxation, dans les arts martiaux et tous les courants s'intéressant à prendre conscience de son corps, de ses sensations etc.

Dans cette idée là, l'axe diffère chez chacun de nous, en fonction de nos habitudes posturales : Untel est plutôt penché en avant, tel autre plutôt courbé, ou encore avec la tête en extension maximale pour voir "haut et loin".... et représente aussi une facette de notre manière "d'être au monde" par rapport à nous mêmes et dans la relation aux autres.

Il se lie alors étroitement à notre tonus, qui ne l'oublions pas est le premier mode de communication entre Bébé et ses parents ( détente tonique liée à la détente, la sérénité, le bien être... et à l'opposé, raideurs, crispations etc. pour exprimer malaise et contrariété) ... et qui reste tout au long de la vie un mode de communication très expressif même s'il est complété par bien d'autres types de communication. 

Pour vraiment parler d'axe corporel et de verticalité, il faut s'imaginer un mélange harmonieux de ces deux composantes : une belle mécanique nourrie et entretenue par notre vision de nous mêmes, par nos représentations, nos émotions ...

Chez Bébé :

Pour acquérir la marche, le petit enfant chemine ainsi... entre connaissance de son corps, représentation de lui-même, relation aux autres et contrôle progressif de ses chaînes articulaires et musculaires lié au développement de son tonus.

"Le corps doit lutter contre la pesanteur, il doit s'organiser pour obtenir et maintenir sa verticalité. Tout au long de ses premiers mois de vie, l'enfant va acquérir ces différentes compétences. Ainsi, au travers de multiples expériences affectives, sensorielles et motrices l'enfant va se construire autour de son axe corporel pour accéder à la verticalité humaine."

La représentation progressive de l'axe corporel se fait au travers de toutes les expériences corporelles et motrices qu'il peut faire ... quand il est libre de ses mouvements (d'où l'importance d'installer Bébé sur un tapis au sol.... et de ne pas le coincer dans de multiples  sièges, transat, poufs etc. ), mais également par le portage : 

Sur le tapis, Bébé observe son corps et le mobilise en fonction de ses compétences du moment ... des mouvements, des enroulements,  puis une motricité plus active... et comprend par ses ressentis que son axe corporel est central avec deux hémicorps droits et gauche, et avec un "avant du corps " : face ventrale,  et un "arrière du corps" face dorsale. Cette prise de conscience est fondamentale pour lui permettre de développer sa motricité de manière harmonieuse, en pensant son mouvement, en l'anticipant... et même en le planifiant  pour atteindre tel ou tel objet convoité.

Dans le portage, Bébé sent son corps contenu et soutenu, et cela lui permet de bien intégrer les limites de son corps, et les points de contact qu'il a avec la personne qui le porte...ce qui contribue là aussi à la différenciation des cotés droits et gauche, et de l'avant  et arrière du corps.

Le portage apporte en outre bien d'autres éléments importants à l'enfant : sentiment de sécurité, relation proche avec le porteur, communication émotionnelle via le tonus, les regards, l'état de vigilance  etc.

" Pour le bébé, la position de portage est tout autant nécessaire à l'organisation de l'axe corporel qu'au développement des intéractions précoces et des perceptions sensorielles.  Il permet l'installation d'une cohérence psychomotrice."

A partir de ces bases, nous pouvons comprendre autrement le développement de la motricité de l'enfant et observer finement toutes les étapes, toutes ses découvertes qui se déclinent et se complètent au fil des jours, des semaines, des mois... avec un rythme propre à chacun...

Les "grandes" étapes du développement moteur sont appelées "Niveaux d'évolution motrice": ils reprennent en fait les postures principales que nous connaissons tous et leurs mouvements associés. 

 " Ces étapes (NEM) regroupent les différentes positions qu'acquièrent le bébé au long du développement et les actions motrices qu'il doit effectuer pour arriver à chacune d'entre elles en partant de la précédente. Ainsi, grâce à une alternance d' enroulements et d'extensions, puis à une succession de redressements, de maintiens, de déplacements, l'enfant va pouvoir accéder à la station debout."

 " De plus, pour pouvoir éprouver chaque étape, il doit pouvoir repasser librement de l'une à l'autre, c'est de cette manière que ses appuis se solidifient, que son dos se tonifie, que son axe s'érige. Ainsi, il prend conscience de ses capacités et en crée de nouvelles qui lui permettront un jour de marcher."


... Je termine cette mise en lumière des prémisses psychomoteurs de la marche en espérant que cela est clair... Dites moi... je modifierai ce qui ne l'est pas... 

Et les citations sont extraites de l'article  " De l'accès à la verticalité chez l'enfant : la constitution de l'axe corporel" de Chloé MARIOT, pyschomotricienne,  dans la revue Le journal des professionnels de la petite enfance, n° de mai/juin 2013. 

Article publié également avec quelques petites différences sur le site des Vendredis intellos, retrouvez le ici

Ajouter votre commentaire

Ecrire un commentaire en tant qu'invité

0
Restrictions sur les pièces jointes Seules les extensions de fichiers suivantes sont autorisées: bmp, csv, doc, gif, ico, jpg, jpeg, odg, odp, ods, odt, pdf, png, ppt, rar, txt, xcf, xls, zip 0 / 3
conditions d'utilisation.

Liste des participants qui ont commenté cet article

  • Angélique

    Signaler

    Future psychomotricienne dans quelques mois (4 précisément), je conseil, à tous mes proches ayant des enfants, votre blog! Je le trouve vraiment génial et il m'aide beaucoup dans ma formation , il me permet d'avoir une vision pratique de toute la théorie que l'on voit et que l'on n'applique pas forcément. Merci pour ce joli blog ;)

    mercredi, Fév 17 2016 3:49:14pm
  • Merci pour cet article complet, encore et toujours ! Plumeau est en plein dedans, enfin.....ce n'est pas encore acquis du tout !

    vendredi, Jui 28 2013 9:42:35pm
  • Tu vas pouvoir observer tout cela en détail maintenant avec ta patte cassée ;) J'espère que tu ne souffres pas trop et que tu te consoles (un peu ) à plus profiter de tes Plum's au quotidien.

    dimanche, Jui 30 2013 8:53:13pm

Me connecter