logo mam psychomot
facebook hellocoton les vendredis intellos

Non, non et non

Nous y voila ... 2 ans et des miettes... et ce fameux "non" qui envahit nos journées... non pour ceci ou cela..." non non non" scandé et chantonné en allant au lit ... et non ...même pour dire oui ;)

C'est l'âge... je le sais...et pour le moment, c'est encore gentillet... mais c'est surtout une phase indispensable ! 

Alors, voila toutes les bonnes raisons de prendre son mal en patience : 

Le "non" fait grandir ... il a un rôle important dans la structuration de tout enfant... en disant non, l'enfant s'affirme... il revendique sa place, ses goûts... il se positionne comme "pensant différemment que ses parents".

A 2 ans, l'enfant a pris une certaine autonomie au niveau moteur... il marche, grimpe, explore, jette, manipule puis shoote, saute etc. ... et cette autonomie lui permet de se sentir capable de faire énormément de choses.... quasiment autant que ses parents...selon lui ! Du coup, il veut faire par lui même, décider par lui même, régir l'organisation de la maison selon ses "lois"... il renverse même les rôles en disant à ses parents ce qu'ils doivent faire ... 

Tout frais, tout croustillant... ce matin, après le pti dej, Petit Baroudeur déloge son père du fauteuil, s'installe et me demande de venir lui lire une histoire. Une fois bien installés, il regarde son père et lui dit " Y a plus de place, Papa salle bain, Papa douche" .... Hum, hum... 

Et forcément, à chaque demande, ou simplement question, de ses parents ... il répond un beau et franc "Non"... avant de réfléchir à la question et parfois de se raviser. Car oui, répondre "non" quand on lui demande s'il veut du chocolat ... c'est pas malin !! :)

Donc, autant en prendre son parti, toute réponse commence désormais par "non" ... et quelque part, il nous imite... nous qui lui disons souvent "non" plusieurs fois dans la journée... nous, qui avec nos "non" limitons son action, son désir, ses envies ... et bien, le voila à son tour en train de tenter de nous limiter.. après, à nous de ne pas y céder tout en gardant un certain doigté pour ne pas écraser l'enfant de notre toute puissance parentale. Un peu de délicatesse, de reformulation et d'humour sont les bienvenus pour ne pas laisser ce "non" structurant prendre encore plus d'ampleur et engendrer des conflits. 

D'ailleurs, l'enfant tout en souhaitant prendre de l'autonomie a un besoin extrêmement fort de pouvoir s'appuyer sur la solidité et la fiabilité de ses parents... qui représentent les limites à ses désirs parfois violents (genre...euh...marcher sur le blondinet par terre devant lui pour arriver le premier au toboggan) et la sécurité ... un refuge sûr et aimant quoi qu'il se passe ! Alors, voila, il faut tenir bon pour tout ce qui nous parait essentiel et lui laisser un peu de marge de manoeuvre pour d'autres choses...et comme cela, il expérimente aussi le fait de choisir et d'assumer ses choix ... 

Choisir entre 2 desserts par exemple, c'est forcément renoncer à l'un d'eux... comme Petit Baroudeur l'a expérimenté ce soir...

Il y a aussi des petits trucs et astuces pour s'en sortir plus facilement :

Pour ne pas se retrouver coincés dans des dialogues rappelant fortement "La Cantatrice chauve" de Ionesco... mieux vaut biaiser un peu... et ne pas poser exclusivement des questions fermées appelant un  "oui" ou " non" ... ça ne marchera pas à tous les coups, mais tout de même, ça soulage !

Et pour ne pas que le "non" devienne horripilant et un enjeu dans la relation parents/enfants ... autant en jouer .... comptines, imitation, effet de surprise, histoires, jeu de faire semblant (et symbolique) : dinette, poupées, déguisements, marionnettes etc. 

Et n'oubliez pas vos vitamines, car c'est vrai, ça peut être un chouilla fatigant :)

"

Ajouter votre commentaire

Ecrire un commentaire en tant qu'invité

0
Restrictions sur les pièces jointes Seules les extensions de fichiers suivantes sont autorisées: bmp, csv, doc, gif, ico, jpg, jpeg, odg, odp, ods, odt, pdf, png, ppt, rar, txt, xcf, xls, zip 0 / 3
conditions d'utilisation.

Liste des participants qui ont commenté cet article

Me connecter