logo mam psychomot
facebook hellocoton les vendredis intellos

Je n'arrive pas à dormir ...

sommeil petits

Vous êtes peut-être comme moi confronté avec vos loulous à des troubles du sommeil ... cauchemars, difficultés d'endormissement, réveils nocturnes etc. 

Je ne parlerai pas des bébés là, mais plutôt des enfants un tout petit plus grands ... avec Petit Baroudeur, ce genre de chose est apparu grossomodo vers ses 2 ans. 

Bon, les cauchemars...  à différencier des terreurs nocturnes, ces dernières sont impressionnantes mais l'enfant ne se réveille pas et ne s'en souvient pas le lendemain. 

Donc, les cauchemars ne sont pas toujours évident à gérer car ils peuvent être récurrents, et difficiles à surmonter. L'émotion est souvent très forte et l'enfant peut avoir du mal à s'en défaire. Même en étant bienveillant et rassurant, ça peut rester compliqué.  

Par exemple, chez nous, ça se déroule par phases : Petit Baroudeur va faire des cauchemars toutes les nuits  sur une quinzaine de jours, et puis pppssst ça disparait comme par magie. Je sais maintenant qu'il faut que je tienne sur la durée, et que oui ça va passer ... même si sur le coup, c'est épuisant ....  Il ne peut pas mettre de mots sur ce qu'il rêve, (trop petit  peut-être ?) mais par contre j'ai remarqué qu'à chaque fois ça accompagnait un gros changement, un grande étape, comme .... passer à un lit sans barreaux, la propreté etc. 

Ce qui est sympa, c'est l'effet "2 en 1" .... qui dit "cauchemar" peut dire "peur de s'endormir car peur de faire un cauchemar" ... donc bien souvent, nous avons  un petit zébulon qui monte sur ressorts pile au moment du coucher ... et qui lutte, contre lui-même, pour ne pas s'endormir. 

 

 

On en vient aux difficultés d'endormissement. Evidemment, elles ne sont pas forcément liées  à la peur de cauchemarder, mais peuvent se relier à d'autres choses comme : 

 

  • Une journée un peu "exceptionnelle" : événement, sortie particulière, fête etc. 

 

  • Des émotions fortes, quelles soient positives  ou négatives : une grande joie, une belle surpise, une déception, une colère. 

 

  • Un manque de présence affective : l'enfant n'a pas rechargé ses batteries affectives, il n'a pas eu son quota (qui lui est propre, chaque enfant a le sien) de câlins, bisous, présence de Maman/Papa. 

 

  • Un trop plein d'énergie rentrée : l'enfant n'a pas pu décharger toute son énergie durant la journée, et celle-ci reste donc en "trop" au moment de s'endormir. 

 

  • Beaucoup d'efforts : de l'attention, de la concentration, de nouvelles notions, un apprentissage particulier. L'enfant a pris sur lui et emmagasine une tension  qui reste présente jusqu'au coucher s'il n'a pas pu l'extérioriser en jouant ou en bougeant. 

 

  • Une pensée qui est omniprésente, et qui continue de tourner  avec 40 questions au moment de se coucher, une chanson qui revient, une comparaison entre deux événements etc. Le lâcher prise devient alors un vrai travail sur soi. 

 

  • Des activités excitantes en soirée, avant de se coucher : les écrans, les jeux sonores, une agitation, des jeux de guilis avec forte intensité. 

 

  • Un "trop" de sieste en journée, ce qui retarde l'endormissement le soir. 

 

  • Un contexte chamboulé  amenant de l'anxiété chez l'enfant: séparation parentale, maladie d'un membre de la famille, deuil. 

 

  • Des repères irréguliers : non respect du rythme de l'enfant, heure de coucher très irrégulière. 

 

Parfois, plusieurs motifs s'entremêlent ... et on ne sait plus trop sur quel aspect agir. Dans ce cas, personnellement avec Petit Baroudeur, je fais par élimination et j'en discute avec les autres personnes qui gravitent autour de lui : par exemple avec sa maîtresse quand ça arrive sur des jours d'école. 

Comment on gère ?

... comme on peut, j'ai envie de dire... Ce qui est difficile, c'est que bien souvent, à ce moment de la journée, on est nous même fatigués,  beaucoup moins disponibles, et plus vite dépassés par nos propres émotions.  Un petit temps de parole, un rappel des règles de la maison, un renforcement du rituel du coucher, une présence physique, etc. ... à chacun de voir quelle est la manière d'apaiser l'enfant pour lui permettre de s'endormir, en sachant que La solution pour tel jour ne sera pas La solution systématique à mettre en place... ce serait trop simple ;)  

Par exemple, en ce moment depuis un petit mois, Petit Baroudeur a du mal à s'endormir... et c'est vraiment compliqué à gérer pour lui. Après avoir essayé plusieurs choses, j'ai vraiment eu l'impression de le revoir "bébé"  n'arrivant à s'endormir que  dans les bras, bercé avec chansons, mouvements etc. (oui, il nous a épuisé !! heureusement que ça n'a pas duré très longtemps !) ... et j'ai eu le sentiment qu'il n'y avait que ma présence, qu'il réclamait d'ailleurs, qui lui permettrait dans ces moments là de s'apaiser et de s'endormir. J'ai eu un peu de mal à l'accepter, n'ayant jamais eu besoin d'y recourir depuis tout ce temps, mais force a été de voir que c'était efficace et surtout apaisant pour lui.  Alors, ce n'est pas tous les soirs, mais de temps en temps ... il faut que je sois là, assise au bord de son lit pour qu'enfin il parvienne à lâcher, et à s'endormir plus ou moins vite  ... entre 2 minutes et une heure, le plus souvent autour de 15/20 minutes. La tentation de partir au bout de 5 ou 10 minutes m'a vite quittée, dans ces cas là, tout était à recommencer  5 minutes après ... argghhh, dégoutée !

Donc, vraiment, la réponse est à ajuster en fonction de votre enfant, de ses besoins, et de ce que vous êtes capable de donner à ce moment là. 

 

Pour finir, les réveils nocturnes ... sans cause particulière.  

Il est 3h du matin, et votre loulou se réveille, veut aller déjeuner etc. Youpi ! Ouf, chez nous, ce n'est pas le cas ( enfin pas à 3h du mat ... quand ça arrive, c'est plutôt en fin de nuit) mais je connais plusieurs enfants dans ce cas.

Drôlement compliqué à gérer ! Dans le meilleur des cas, l'enfant entend vos arguments (style: Regarde, il fait nuit dehors; Tout le monde est couché...)  se recouche et se rendort. Si ce n'est pas le cas, un bon "truc" qui revient souvent dans les témoignages des uns et des autres, est l'utilisation de "marqueurs visuels" :

Par exemple, une pancarte lune ( dodo pour tout le monde) et une pancarte soleil ( on peut se lever) à accrocher sur la porte de la chambre.

Ou encore le réveil spécifique pour enfant  de Kid sleep : vous réglez l'heure de lever  pour l'enfant, et  pendant la nuit vous voyez alors un petit lapin endormi jusqu'à l'heure du lever,et à partir de l'heure de lever choisie, la deuxième illustration, un petit lapin bien réveillé, s'éclaire ( avec ou sans bip sonore ... si c'est le week end, et que votre enfant dort encore, cela ne le réveillera pas). J'aime beaucoup le concept, je pense que ce sera le 1er réveil à entrer dans la chambre des loulous ... mais on n'a pas encore passé le cap :)

 réveil kidsleep

 

Voila pour cette fois !! Et bonne nuit ;)

Ajouter votre commentaire

Ecrire un commentaire en tant qu'invité

0
Restrictions sur les pièces jointes Seules les extensions de fichiers suivantes sont autorisées: bmp, csv, doc, gif, ico, jpg, jpeg, odg, odp, ods, odt, pdf, png, ppt, rar, txt, xcf, xls, zip 0 / 3
conditions d'utilisation.
  • Aucun commentaire sur cet article.

Me connecter