logo mam psychomot
facebook hellocoton les vendredis intellos

Le trotteur ou yoopala, qu'en penser ?


youpala bébéYoopala ou pas ??

 Le trotteur ou yoopala, cette drôle de "bête" où Loulou est assis dans un harnais suspendu à une tablette montée sur roues...ça roule et ça entraine Loulou plus loin et plus vite qu'on ne le pense...
 
Pour qu'il n'y ait pas de malentendu, il faut bien faire le
distingo entre les trotteurs (youpala) et les porteurs:
 
téléchargement
 Avec un porteur, Loulou est assis sur un matériel stable (monté sur roues ou à bascule), et il peut avancer  ou se balancer tout en gérant de lui même la vitesse du déplacement.ex: camion, cheval etc.
 
Et juste pour rappel, il est conseillé de proposer un porteur  à Loulou quand il peut de lui même s'installer dessus et en descendre par lui-même.
  
Revenons à nos trotteurs...Le trotteur fait souvent polémique....et face aux avis médicaux, on lit souvent ce type de commentaire :
"Mais si c'est bien le trotteur, d'ailleurs tous mes enfants en ont eu et ils n'ont jamais eu de problèmes, il n'y a vraiment pas de danger."
Oui, oui, et puis, vous avez déjà conduit votre voiture en ayant bu un verre de trop ou sans avoir attaché votre ceinture, et il ne vous est rien arrivé....donc ce n'est pas dangereux.
Il ne faut pas être extrémiste dans ses idées, mais il est quand même important d'être informé et de ne pas minimiser les choses, ensuite à chacun de choisir ce qu'il souhaite faire.
 
Alors, je souhaite juste exposer ici ce qui maintenant est reconnu au niveau médical : 
 
Pour  bien commencer, saviez-vous que l'accident de trotteur est une des premières causes de venue aux services des urgences pour les jeunes enfants, et que cet article de puériculture est interdit au Canada ?
 
De nombreuses études faites sur les risques  du trotteur montrent une dangerosité très importante avec un risque accru au niveau des accidents domestiques et au niveau de l'apparition de troubles du développement psychomoteur.
 
 
Pour ce qui est  des accidents domestiques, il peut y avoir :
  • Un basculement du trotteur  avec une chute de Loulou, et une possibilité de choc au niveau de la tête avec un  risque de traumatisme crânien. Cela arrive fréquemment, et notamment à cause  de marches d'escalier, d'une pente, d'une  aspérité du terrain, d'un obstacle (jouet au sol..), d'une roue du trotteur qui se coince dans un meuble ( chaise, pied de table, etc.), d'un  virage négocié avec  trop de vitesse.
  • Des chutes d'objets sur Loulou. Ce dernier, dans son trotteur, est en effet à une hauteur plus importante que d'habitude et a accès  à de nouvelles choses: nappe, objet qui dépasse du haut de la table etc. En attrapant ou tirant sur ces objets, il risque fortement de se les renverser  sur lui...et de nouveau il y a un risque de chocsau niveau de la tête ou des brûlures.
 Ces accidents arrivent bien souvent alors que le parent est présent et surveille Loulou, mais la vitesse du trotteur change la donne par rapport à la vitesse habituelle de Loulou et le parent ne peut pas anticiper de manière aussi rapide. Ces accidents arrivent donc malgré la vigilance du parent.
 
 Et au niveau des risques d'apparition d'un trouble psychomoteur :
 
Le trotteur est un outil de redressement artificiel proposé à Loulou, qui ne maîtrise ni la station debout, ni l'appui de ses pieds au sol, ni le maintien de son équilibre. Loulou doit donccompenser  cela comme il le peut et met en place des stratégies pouvant lui être très néfastes par la suite.
 
 
De manière générale, toute position non acquise, imposée par le milieu extérieur ( adulte qui maintient lui même l'enfant, aménagement avec des coussins, etc.)  est déconseillée car Loulou sent qu'il ne peut  pas gérer lui même cette posture et il est alors en hyper-vigilance essayant de retrouver un contrôle de la situation. Cette hypervigilance est source de tensions musculaires et émotionnelles, pouvant avoir des répercussions négatives sur son développement psychomoteur.
 
 
Dans un trotteur, Loulou ne peut pas construire sa motricité et expérimenter par lui-même les transitions de postures pour passer de la position assise au quatre pattes, et du quatre pattes à la station debout. Il ne peut donc pas construire ses appuis au niveau de l'ensemble de son corps et gérer ensuite ses déséquilibres en se rattrapant d'une main, ou en revenant accroupi par exemple.
 
Avec le trotteur, Loulou risque d'acquérir une position debout déconnectée du reste de sa motricité, et ne pourra pas par lui même revenir au sol et à l'inverse se remettre debout quand il tombe, Loulou peut alors développer une peur bleue du déséquilibre et de la chute.
Son seul recours pour changer de posture est donc de pleurer pour appeler ses parents à l'aide, ou...de se jeter au sol brutalement...dans les deux cas, il vit un sentiment d'insécurité, d'incapacité et de dépendance. Des crises de larmes apparemment sans raison peuvent aussi en découler. 
 
Le manque d'expérimentations corporelles, en plus du manque qualitatif dans la construction de la motricité, retentit également sur la connaissance du corps.
 La connaissance du corps se développe chez l'enfant grâce aux perceptions de ses appuis sur le sol et aux sensations vécues dans ses expériences motrices quotidiennes, et cela bien avant de savoir que telle partie s'appelle "main" et que telle autre s'appelle "pied". En les touchant, en les regardant et en les sentant bouger, il les intègre à son "schéma corporel", il sait que cela fait partie de lui, que cette petite main est la sienne au contraire de cette grande main qui est celle de son papa.
 
Dans son trotteur, Loulou est coincé dans le harnais et ne peut en aucun cas explorer son corps, il ne le voit même pas. Les expérimentations corporelles sont alors très pauvres et ne peuvent pas être intégrées dans son "schéma corporel". Avec son trotteur, il peut juste voir les conséquences de ses mouvements et a l'illusion que ce déplacement rapide  est le sien propre et non celui du trotteur.
 
Par la suite, en dehors du trotteur, Loulou ne retrouve pas cette vitesse d'action et ne peut pas se déplacer  en bougeant son corps de manière anarchique. Il peut alors avoir beaucoup de difficultés à supporter que son déplacement propre soit plus lent et demande à être répété, consolidé, expérimenté sous diverses formes avant de retrouver une vitesse comparable à celle du trotteur.
Cela est très dommageable pour son développement car la montée en puissance progressive de ses compétences motrices dans une découverte à son rythme, favorise énormément de choses, et entre autres le goût d'apprendre par lui même et la confiance en soi.
 
L'utilisation du trotteur a aussi un impact sur l'exploration de l'espace, Loulou se déplace dans une direction donnée mais le trotteur se déplace avec son fonctionnement propre: Loulou ne peut pas faire demi-tour, s'arrêter et se baisser pour ramasser quelque chose, avancer sur une trajectoire arrondie, faire des zig zag dans la pièce, aller en diagonale jusqu'au coin de la pièce, passer sous la table, grimper sur le coussin etc..
Il ne peut donc pas explorer toutes les composantes spatiales de son environnement, alors que c'est cette exploration qui lui permet de construire toutes les notions du repérage spatial : haut, bas, sur , sous, petit , grand, devant, derrière etc.
De plus, dans le trotteur, Loulou a toujours la tablette devant lui et autour de lui, et cela crée une distance supplémentaire entre lui et les objets avoisinants. Avec le trotteur, Loulou s'habitue à toujours avoir cette distance et l'intègre comme une chose immuable. Hors de son trotteur, il est ensuite décontenancé...car il n'anticipe pas le besoin de freiner, de contourner, de mettre ses mains en avant pour amortir, et il se cogne beaucoup beaucoup beaucoup.
 
Toutes ces difficultés potentielles  peuvent entrainer des problèmes réels et sérieux dans le développement global de l'enfant et ultérieurement sur sa scolarité...et générer le recours à des professionnels de santé comme les psychomotriciens ( et c'est toujours râlant de voir arriver un enfant dont les soucis sont dus à une utilisation de matériel de puériculture qui a été présenté comme formidable aux parents...)
 
 
Et sur le plan des dégâts purement moteurs, articulaires et musculaires :
 
Dans un trotteur, Loulou avance en poussant sur la pointe de pieds et cela peut entrainer desdéformations du pied, de la jambe, de l'articulation de la hanche, et des rétractions tendineuses au niveau des mollets: dans ce dernier cas, Loulou, plus grand, marchera toujours, et exclusivement, sur la pointe des pieds.
Et en cas de souci de ce genre, il faudra au minimum un suivi en kinésithérapie...
 
Et il faut ajouter que plus l'enfant est dans le trotteur, plus il risque de développer ce type de difficultés...et à contrario, une utilisation peu fréquente limite le risque.
 
 
Alors, oui, pour ma part, je déconseille l'utilisation du trotteur et en plus, je ne lui vois aucun intérêt.
Certains parents m'ont dit que pour eux, c'était un moyen de savoir où était leur enfant....pour ma part, je préfère alors utiliser un parc.
D'autres m'ont dit qu'ils aimaient voir leur bébé debout...je pense que cela vient bien assez vite, et notre bébé pourra ensuite marcher sur ses deux jambes tout le reste de sa vie...pas loin de 100 ans, alors attendre quelques mois ne me paraît pas insurmontable...
D'autres que la pression familiale est très importante...peut être faut il se recentrer sur les besoins de notre enfant pour arriver à se positionner face aux membres de notre famille, parfois intrusifs et de trop bon conseil.
 
Et d'autres qu'ils avaient envie de l'utiliser, et c'est tout...alors pourquoi pas, mais en étant informés et avec modération :
 
Les règles d'or à ce moment là sont:
  •  D'attendre que Bébé maîtrise réellement la station assise de manière autonome ( sans appui des mains, et pendant au moins 30s) pour l'installer dans un trotteur.  
  •   De laisser l'enfant sur des temps courts dans le trotteur (15 minutes maximum) avec au maximum en cumulé 2h par jour.
  • D'être extrêmement vigilants et à faible distance de l'enfant.
 
 
 
Alors alors, qu'en pensez vous ?

 

Ajouter votre commentaire

Ecrire un commentaire en tant qu'invité

0
Restrictions sur les pièces jointes Seules les extensions de fichiers suivantes sont autorisées: bmp, csv, doc, gif, ico, jpg, jpeg, odg, odp, ods, odt, pdf, png, ppt, rar, txt, xcf, xls, zip 0 / 3
conditions d'utilisation.
  • jean

    Signaler

    Bonjour,

    Avant toute chose merci pour votre article et votre blog.
    Juste une précision, vous ne parlez ici que des trotteurs ou le bébé est assis dans un harnais?

    Donc vous ne parlez pas des trotteurs porteurs ou trotteur pousseur?
    À ce sujet que pensez vous de ces deux jouets?

    samedi, Jui 11 2016 9:19:19am à France
  • Carol

    Signaler

    Je pense qu'il y a bien d'autres moyens pour inciter bébé à bouger. Il faut de la patience et surtout il faut être disponible, par le jeu bébé arrive à avancer avec sa propre technique, mon fils a 5 ans il a commencé à "avancer" à 4 mois, en roulant ventre dos pour atteindre ce qu'il voulait en déposant par exemple ses jouets préféré un peu éloigné. Ma fille a 7 mois et commence à peine elle se pousse avec les bras pour avancer comme quoi chacun sa zone confort.

    mardi, Avr 12 2016 5:57:33pm à 13009 Marseille, France
  • Claire

    Signaler

    Mon papa marchait à 9mois ma fille a 10 elle était propre de jour comme de nuit à 12 je n’allais pas pour le plaisir lui imposer les couches, puis elle a continué à bien évoluer à grimpé aux arbres est passée par dessus la clôture avant ses 18 mois à sût lire sans que vraiment nous nous en rendions compte c’est son institutile de maternelle qui nous là fait remarquer. .. elle a sautée une classe rapidement maintenant elle est prof de maths et vous savez quoi. .. elle n’à jamais fait de 4 pattes mais du YOOPALA ...comme quoi ça ne rend pas toujours débile et infirme....

    vendredi, Avr 8 2016 9:54:42am
  • Pat

    En réponse à: Claire Signaler

    Bonjour tout à fait d'accord avec vous , je suis outrée de lire de telles bêtises , heureusement que toutes les générations qui ont connu le youpala ne sont pas debiles, j'ai deux enfants HP et ma petite fille aussi , ils ont été dans un youpala et je peux vous dire qu'ils vont bien et je souhaite à tout le monde d'accord leur Qi.de plus ma fille avait une luxation des hanches mon fils est né par le siege et le torotteur a fait parti de leur rééducation par les médecins pédiatres qui les suivaient. Mon fils a marché à presque deux ans et parlé à trois ans , dyslexique, dysorthographique , il est pas debile parce qu'il a ete dans un trotteuru mais simplement HP....l'éducation c'est de l'amour pas des théories psy,physio etc..

    mercredi, Aoû 3 2016 8:42:52am
  • Calla

    En réponse à: Pat Signaler

    @Carol et @Pat,
    Comment pouvez-vous aller à l'encontre d'une professionnelle et qui plus est une psychomotricienne ? C'est quand même dément qu'après ces explications et conseils plus éclairés les uns que les autres et qui sont tous si évidents et si logiques (il suffit simplement de réfléchir un peu et de connaître ou bien de s'informer sur la psychomotricité de l'enfant... le développement du cerveau durant l'enfance... l'apprentissage de la marche, etc, etc.
    Pour savoir qu'un enfant doit logiquement et tout naturellement passer par certaines évolutions et progrès (certaines étapes) qu'il va apprendre seul et maîtriser seul (sans aide d'un quelconque "jouet" ou substitut à la marche. Car le trotteur n'est que cela : un jouet très apprécié des parents qui pensent - et parce qu'ils sont dans l'ignorance la plus totale - que ce jouet va être bénéfique pour leur enfant ! Bénéfique, le trotteur l'ait, oui... mais pas pour celui qui s'en sert (c'est même tout le contraire), il ne l'est que pour les parents ou ceux qui "s'occupent" de l'enfant !
    Nous, professionnels de la petite enfance, nous sommes de plus en plus alertés par les grands méfaits que ce "jouet" procure, occasionne. Méfaits pas toujours visibles, mais qui, pour certains,se déclareront bien plus tard, parfois à l'âge adulte (tels certains problèmes d'accouchement que les futures mamans rencontreront et qui auront été occasionnés par une "mise" en trotteur trop précoce, trop quotidienne et importante, lorsqu'elles étaient enfants).
    Tout cela, les parents l'ignorent et continuent de l'ignorer et, comme certains sur ce site, l'ignorent encore et encore, malgré les conseils avisés d'une psychomotricienne !
    Comment expliquer cela, si ce n'est que le trotteur rend un grand service aux parents qui se persuadent et continuent malgré tout de se persuader que cet "instrument" inventé de tout pièce par des fabricants qui connaissent pourtant les méfaits physiques, psychomotrices et accidents qu'il occasionne (1ère cause des traumas chez les moins de 12 mois)... continuent envers et contre tout à commercialiser ce produit parce qu'il est celui qui leur RAPPORTE !
    Ne soyez pas sourds et aveugles :
    Interdit dans de nombreux pays, comme au Canada, en Australie, en Suisse... l’Association Européenne pour la Sécurité des Enfants en demande l’interdiction à la vente en Union Européenne depuis déjà de bien nombreuses années. Mais cet article dit de puériculture et qui n'en est pourtant pas un, continue d'être sans cesse "amélioré" (plateau de jeux de plus en plus fourni, coloré) pour devenir plus et encore plus attractif !
    Qu'il soit, encore et malgré tout, encore de nos jours commercialisé et offert à de jeunes parents qui ne savent pas, qui ne savent rien, me choque profondément.
    Interdit donc à vente dans certains pays, il l'est également dans toutes les infrastructures enfantines : crèches, halte garderies et chez les assistantes maternelles qui sont sans cesse informées et formées contre ce "jouet" !
    Ce produit n'aide pas l'enfant, mais bien les parents qui, pendant que leur chérubins, "s'éclate" et "s'amuse" ne leur demandent pas trop de surveillance (et pourtant il en faudrait plus que jamais), ni trop d'efforts : car, il est bien plus facile de laisser un enfant se débrouiller seul dans un trotteur que de l'aider et l'éduquer à la psychomotricité, à même le sol, en intervenant, l'amusant et interagissant avec lui !
    Si les parents étaient bien au courant de l'évolution psychomotricienne de leur enfant, s'ils en connaissaient tous les rouages, toutes les étapes (IL Y EN A SEPT avant qu'un nourrisson, puis bébé, puis enfant n'arrive à - de la position allongée - à passer par l'acquisition de la marche ! Sept étapes que l'enfant fait TOUT SEUL SANS AIDE ARTIFICIELLE et A MEME LE SOL (certains en sauteront une ou deux (le quatre pattes, par exemple), mais passeront au moins par les six ou cinq autres !
    Pourquoi continuer à vouloir à tout prix brûler les étapes, au risque d'engendrer chez son enfant des problèmes (parfois invisibles à l'oeil nu, mais qui auront des répercussions tôt ou tard) ou de le mettre en grand danger ????
    Pourquoi ne pas le laisser se développer le plus naturellement du monde, le laisser seul découvrir son corps, ses possibilités, son espaces... se découvrir ?????

    mardi, Jan 10 2017 2:02:36pm
    2
  • j'étais en parfaite adéquation avec votre article que je me préparais d'ailleurs à partager....jusqu'à ce que je lise les dernières lignes....
    maitriser la position assise n'est pas un fin en soit, ce qui est important est bien de s'avoir s'installer seul et s'en sortir......auquel cas, si l'enfant y arrive, il a déjà acquis une belle autonomie de mouvement lui permettant l'exploration de son environnement .....
    et finalement, après ce très bon argumentaire terminer en admettant que l'enfant puisse y passer prêt de 2h00 sur une journée même en temps fractionné ......?????? çà n'a pas de sens pour moi...et je pense réellement que c'est dangereux car certains parents ne retiendront que cette partie de l'article par ailleurs très bien .

    lundi, Jan 18 2016 7:58:47am
  • Calla

    En réponse à: Hénaut Marie-Christine Signaler

    "... s'installer seul et s'en "sortir"..." n'est-ce pas maîtriser une position quelle qu'elle soit : assise ou autre ? Du moment que l'on "sen sort" tout seul, pour moi il s'agit bien de maîtrise !
    Personnellement, je ne suis pas ce n'est pas ce passage qui m'interroge et qui me fais réagir, mais bien sur le second...
    En effet, tout comme vous, je ne comprends toujours pas que malgré tout ce que l'on sait au sujet du trotteur, malgré cet article que je trouve très bien écrit, complet, et des plus explicites... Bref, malgré tout, l'on puisse conseiller à certains parents accrocs à cet engin d'y placer leur enfant deux heures dans une journée (même si ces deux heures sont fractionnées) !
    Pas de trotteur du tout serait le mieux ! Lorsque quelque chose est dangereux et déconseiller, il faut qu'il le soit entièrement !

    mardi, Jan 10 2017 2:42:55pm
  • laura

    Signaler

    Bonjour,
    Mon bébé est vraiment très tonique il est plutôt en avance sur son âge. Il a tout juste 3 mois et il adore qu'on le soutienne pour nous sauter dessus! Du coup l'idée du trotteur met venu. Pas pour de suite bien sur mais pour plus tard. J'avais entendu que certains était contre sans savoir vraiment pourquoi, votre article m'a donc éclairé sur le sujet. Cependant cela ne m'alarme pas vraiment! Je trouve cela très exagéré! Tous mes cousins, mon frère et moi même avons eu un trotteur et je vous assure que nous avons merveilleusement bien grandi! En plus nous nous éclations bien dedans d'après les vidéos que nos parents ont fait. J'ai donc malgré les propos alarmant plutôt envie de lui en offrir un car de plus je ne crois que ce que je vois et de tous les enfants ayant connu un trotteur je n'en connais aucun qui ai eu un quelconque problème. Peut être parlez vous des parents qui laissent leur enfant pendant des heures?

    vendredi, Nov 27 2015 5:27:13pm à Bayonne, France
  • Calla

    En réponse à: laura Signaler

    Les progrès de la science, les études faites, l'expérience de certains professionnels de la petite enfance en la matière, les statistiques, études et comptes-rendu des Centres Hospitaliers, etc, etc prouvent tout le contraire de ce que vous pensez !
    Le trotteur nuit à l'enfant et ne l'aide pas, c'est même tout le contraire !

    mardi, Jan 10 2017 2:48:49pm
  • castagnette

    En réponse à: Calla Signaler

    Pour faire vrai, très peu d'études françaises ont été réalisées, et celles qu'ont été menée montre le réél danger domestique ( chutes ++ ) d'où l'utilisation du trotteur oui pourquoi pas ; mais sous SURVEILLANCE parentale et pas comme objet de gardiennage : pour ce dernier le parc est le plus adapté

    jeudi, Mar 9 2017 3:45:25pm
    0
  • Chacha

    Signaler

    Bonjour. Merci pour cet article très intéressant... j'ai un fils de 18 mois qui marche depuis 1 mois et demi. J'étais totalement contre le trotteur car je suis pour que les enfants découvrent et évoluent tout seul et à leur rythme dans leur milieu. Mon petit s'est bien tenu assis vers 8mois puis a rampe, à été un long moment à 4 pattes pour enfin se mettre debout tout et nous tenir la main. Il a pris son élan seul lorsqu'il s'est senti suffisamment stable et sûr de lui. Il a acqueri une marche sûre dés ses premiers pas pour notre plus grand bonheur. Malgré l'entourage qui conseillait le trotteur et les sans arrêt "il ne marche toujours pas? " je fière de le voir s épanouir de jour en jour et ne regrette pas de l'avoir laissé évoluer à son rythme. Il n'y aura pas non plus de trotteur pour le petit frère qui arrive bientôt

    samedi, Oct 3 2015 10:49:24pm
  • Sarah Maria

    Signaler

    Mon bébé utilise depuis plus de deux mois le trotteur et ça le rend heureux de se déplacer avec. Bien évidemment je ne le laisse pas plus d'une heure voir deux heures maxi par jour . Je limite l'espace où il peut se déplacer et je remonte les nappes pour qu'il n'y ai pas accès en fait je sécurise absolument tout parce que c'est vite fait qu'un bébé ai un accident ( fasse tomber quelque chose sur lui, avale un petit truc qui traîne...) Bébé n'a pas de jambes arquées . Même en roulant vite oui il lui ai arrivée de se prendre un mur mais faut pas abuser. Avec leur trotteur c'est pas un remake de fast and furious!! Son trotteur s'est soulevé de devant de deux centimètres maxi mais c'est pas violent non plus . Il ne s'est pas cognée la tête contre le mur où le plan de devant . Il a été très légèrement secoué ( comme quand on nous pousse à peine ) il a esquissé un petit O avec sa bouche ,a rigolé puis est repartie. Je doute fortement que mon gosse soit un attardé vu comment il est éveillé . Quand il n'a plus envie du trotteur ou n'importe quoi d'autre il me le fait savoir et je l'enlève de son "dangereux bolide ;) " et je le met dans son lit , dans son parc où il évolue à son rythme tranquillement. Dorian est un bébé gracieux,heureux et sans déficience intellectuelle ou psychomotricienne et ça tout le monde me le dit. :)

    vendredi, Aoû 28 2015 12:23:35am
  • Super site

    Signaler

    Bonjour! Je reviens d'un week-end chez une mamie qui l'utilise et me dis que cela lui permet de laisser son fils d'amuser 20min deux fois par jour dans quelle soit obligé de le surveiller et m'a expliqué que si peu de temps dans la journée cela ne craignait rien! Et bien l'article m'a convaincu je ne prendrais pas pour mon petit amour
    Merci pour cet article

    samedi, Juil 18 2015 6:01:05pm
  • delph

    Signaler

    Article très intéressant et très clair merci de ces explications!
    Ma fille a 1 an et elle a reçu en cadeau un trotteur alors que j'étais plutôt contre...
    Cela confirme donc largement ce que je pensais t je n'ai vmt pas envie de lui donner...Le problème c'est qu'elle s'est vmt éclatée hier avec et ça l'a fait beaucoup rire de se tenir après en avançant. ..alors je vais peut être le planquer t le ressortir 1 fois où 2 par semaine quelques minutes ...mais ouf elle sait déjà s'assoir toute seule et se rasseoir ainsi que se mettre debout t tenir quelque secondes toutee seule debout.cest dur entre la protéger d'un truc que je ne trouve pas top du tout mais la priver d'un truc qui l'a visiblement beaucoup amusée!

    lundi, Jui 29 2015 10:31:52am
Charger plus

Me connecter