logo mam psychomot
facebook hellocoton les vendredis intellos

Le soin est avant tout relationnel

Soigner / prendre en charge/ écouter ... que l'on soit médecin, infirmière, psychomot, kiné, ergothérapeute, psychologue, conseiller familial ... nous ne sommes pas des machines et nos patients non plus ! 

Je m'offusque bien souvent en sortant de consultations médicales du manque de considération, de respect, d'écoute  dont j'ai été "victime"

 .... Et pendant ma dernière grossesse,  j'en ai eu ma dose ... mais le ponpon a été à la maternité pour la naissance de Mademoiselle Devinette. L'aide soignante présente en salle de naissance  a été très franchement désagréable tout en étant très polie... oui oui c'est possible ...  pas aimable, le visage fermé ... avec mon mari, on avait vraiment l'impression qu'elle avait envie d'être ailleurs. On avait même le sentiment d'avoir fait quelque chose de mal... probablement d'arriver à 2h du matin ;) et de ne pas lui laisser de répit avant la relève du matin puisque la puce est née tout de suite à notre arrivée.

Je me disais aussi que je n'aurais jamais osé me comporter de cette manière avec les patients que je recevais ... enfin, en tout cas, j'espère que eux ne l'ont jamais ressenti  comme cela. 

Sur le coup, on a fait avec ... mais après coup, je me suis rendue compte que cela m'avait plus marqué que je ne l'aurais voulu et que j'avais vraiment du mal à le digérer. Zut de zut, c'était quand même un moment unique pour nous, la naissance de notre petite choupinette.

 Alors je milite pour que tout soignant se rappelle que pour lui :  travailler, c'est soigner ! et soigner, c'est prendre soin de l'Autre ! 

Prendre soin, ce n'est pas seulement distribuer des médicaments, faire passer un bilan étalonné, diagnostiquer x ou x affection, nettoyer les effets d'une personne ...En fait, pour que tout acte technique soit complètement efficace, il faut au préalable être à l'écoute... vraiment à l'écoute, et laisser le temps à la personne de s'installer et d'expliquer les choses... sinon le patient a toujours en repartant un sentiment d'inachevé, de ne pas avoir été vraiment compris et écouté ... et se rappelle après coup des questions qu'il aurait voulu poser. 

 Alors, dans  un coin de notre tête ...il est bon de ...

... Se rappeler en tant que "professionnel" que cette personne devant nous n'est pas juste "un patient de plus", ou pire "le dernier de la journée" ... mais une personne à part entière, à écouter et respecter comme tout un chacun ! 

... Les jours de fatigue ou de ras le bol ... se rappeler que nos patients ne viennent pas nous voir à la base par plaisir mais par nécessité ...  et qu'elles attendent de nous  une prise en compte réelle. 

... se rappeler que les personnes qui viennent nous voir sont souvent dans un moment de vulnérabilité, par le contexte ... ou parce qu'elles se dévoilent devant nous ... exposent leurs difficultés etc. et que notre réponse, tant dans notre attitude que dans nos paroles, a un impact important sur elles. 

 

Ou peut être de se dire tout simplement qu'on parle beaucoup  de bienveillance parentale et/ou éducative vis à vis des enfants .... et qu'il serait bon que cette bienveillance soit présente de manière généralisée dans le soin, la prise en charge, l'accueil de toute personne, surtout dans des dispositifs de soin.  

Par exemple : 

En présence du patient et de collègues, parler au patient et le solliciter dans la conversation ... et non pas , parler du patient à ses collègues en disant "il/elle ... ceci cela ... bla bla" comme s'il n'était pas là. 

Avec un patient, écouter et accepter ce qui est dit  ... sans immédiatement couper la parole,  juger, douter, remettre en cause la véracité des dires. 

Accepter aussi que notre action ne soit pas toujours couronnée d'efficacité ... et savoir se remettre en cause, changer de traitement, d'axe de travail, de pratiques, passer le relais. 

 

... Evidemment, on pourrait continuer longuement cette liste ... 

 

J'arrête mon plaidoyer ici  et attends vos retours sur ce sujet ... 

 

Ajouter votre commentaire

Ecrire un commentaire en tant qu'invité

0
Restrictions sur les pièces jointes Seules les extensions de fichiers suivantes sont autorisées: bmp, csv, doc, gif, ico, jpg, jpeg, odg, odp, ods, odt, pdf, png, ppt, rar, txt, xcf, xls, zip 0 / 3
conditions d'utilisation.

Liste des participants qui ont commenté cet article

  • D'accord avec 100% et désolée que ce qui s'est passé ait été difficile à digérer pour vous... mais c'est bien normal!
    Je rajouterai aussi que parfois, les soignants ont peu de moyens et doivent faire face à une surcharge de travail... Lors de mon accouchement, l'anesthésiste a été on ne peut plus désagréable. Je me faisais presque disputée car elle n'arrivait pas à poser la péri. "Vous bougez trop Mme!". N'ayant plus la force de m'énerver, je me suis excusée (!) en lui disant que j'avais mal et que je faisais de mon mieux. Elle s'est alors radoucie et m'a expliquée qu'elle était exténuée car elle n'avait pas arrêté d'enchainer des urgences depuis le matin et la relation a été tout autre ;-)

    lundi, Jui 15 2015 7:25:49am
  • Tout à fait d'accord.
    Même si c'est parfois difficile, chronophage et énergivore de s'investir pleinement dans la relation avec son patient. De l'écouter, d'être "patient avec son patient".
    Mais je trouve que l'on gagne en retour la confiance de son patient, de la satisfaction personnelle et une meilleure prise en charge, notamment sur le long terme.

    Moi, ça me nourrit le relationnel avec les gens, même si cela me "coûte" à certains moments.

    Tout le monde y est gagnant dans la relation de soin.

    mardi, Jui 2 2015 3:15:24pm à Rennes, France
  • Marieke

    Signaler

    J'ai lu ce billet à sa parution et depuis, le mot bienveillance m'est revenu en tête régulièrement, parce qu'elle peut s'appliquer à toute relation. Merci de ce rappel!

    mercredi, Mai 20 2015 9:51:01pm
  • THOMAS Yannick

    Signaler

    Bonjour,
    On ne peut être qu'en accord avec vos propos, mais j'y rajouterais cependant d'autres notions qui sous tendent votre réflexion. A savoir 3 mots qui sont pour moi clés dans notre travail : Respect, confiance, droit à l'erreur.

    vendredi, Mai 15 2015 2:16:33pm

Me connecter