logo mam psychomot
facebook hellocoton les vendredis intellos

Relation parents enfants

La relation complexe entre un enfant et ses parents basée sur l'attachement, la confiance et se confrontant aux séparations...si petites soient elles...

Gérer la séparation

Il est venu le temps de l'adaptation en crèche ... Bébé a 6 mois, et je reprends le travail la semaine prochaine ... 

Miss Devinette est la 3ème... et ses deux grands frères ont également été gardés en crèche ... la même crèche, qui plus est ... 

Alors voila ce que j'entends depuis quelques semaines :

  • Oh, la séparation, toi tu gères

 

  • Tu as l'habitude de toute manière

 

... Et bien, en fait, désolée, mais non ! 

  • Parce que la séparation, c'est toujours un peu dur sur le moment... même si on est prêt.

 

  • Parce que la répétition n'est pas synonyme de "banalisation", d'habituation.  D'ailleurs, c'est peut être une "redite" pour le parent... mais absolument pas pour le bébé.

 

  • Parce que la relation parent/bébé est unique ... et qu'elle se vit de manière singulière avec chacun... 

 

  • Parce que le maternage ne s'amoindrit pas avec le nombre d'enfants .... j'aurais même envie de dire que c'est plutôt l'inverse ! 

 

  • Parce que, oui, j'ai profité de chaque jour depuis la naissance de la miss, et que j'aime ce rythme qui me permet aussi d'aller  chercher Petit Baroudeur à la sortie des classes, de voir sa maîtresse ... etc etc. 

 ... Alors, je profite de chacun de ces instants ensemble, je savoure les sourires, les regards, les câlins ... et à partir de la semaine prochaine, ils n'en seront que plus précieux ! 

 

Garde, assistante maternelle, crèche, scolarisation, vacances, relais dans la famille...  chaque séparation est à percevoir de manière singulière, à préparer et à accompagner ... que ce soit pour l'enfant ou ses parents. 

Et une séparation dans un cadre donné ( par exemple, un enfant gardé à la crèche depuis longtemps) n'est pas du tout une garantie qu'un autre type de séparation se passe sans heurts ( par exemple : confier son enfant un week-end à un tiers, pour la première fois). 

 

Tout ce bla bla pour conclure :

 La séparation fait partie de la vie, oui, mais elle nécessite une préparation et un accompagnement... et elle est singulière à chaque fois. 

 

 

Les jouets ... rangement, présentation, alternance

Même en limitant, un beau jour ... surtout avec la famille qui s'agrandit, on se retrouve avec un bon stock de jouets ! Et malgré tout, du point de vue des enfants, il n'y en a jamais assez... alors on aurait tendance à vouloir en ajouter encore un, ou deux, ou plus... 

Alors qu'en fait, le problème n'est pas là ! Mais plutôt : Comment solliciter l'intérêt, la curiosité et la créativité des enfants vis à vis de leurs jouets ? 

C'est un problème auquel je suis confrontée d'ailleurs autant au travail qu'à la maison, car au bout d'un moment dans un cas comme dans l'autre, on tourne avec un stock donné. 

 

Au gré de mes lectures sur le sujet depuis un bon bout de temps maintenant, j'ai accumulé pas mal d'infos .. autant de pistes  à explorer. Je vous en propose une synthèse: 

 

1. Soigner le rangement et la présentation des jouets : 

Une personne travaillant en crèche écrivait qu'à la suite d'une expérimentation sur l'organisation des espaces de jeux, elle et son équipe avaient été stupéfaites de voir l'intérêt des enfants complètement renouvelé vis à vis de jeux délaissés... lorsque les espaces étaient rangés de manière systématique à certains moments clés de la journée ( transition d'activité, avant le repas, pendant la sieste, etc. )  : jouets complets, triés, positionnés sur/dans les meubles de manière aérée.

De la même manière, une chambre bien rangée, avec un système de rangement clair sera plus attractive qu'un coffre à a jouets fourre tout ou un joyeux bazar permanent.

 meuble jouets

Au boulot, il y a une "règle" ... si on veut changer de jeu, il faut ranger le précédent ! 

A la maison, c'est pareil si on joue ensemble ... par contre, si les enfants jouent tranquillement en autonomie, le rangement  a lieu à la fin du temps de jeu .... et en tout cas, tout est rangé le soir avant d'aller dormir ... ne serait ce que pour éviter de trébucher dessus en pleine nuit si l'un d'eux se lève ou nous appelle. 

 

2. La rotation des jouets 

C'est fou comme un nouveau jeu est attractif ... ou les jeux des copains, ou tout autre jeu que l'on n'a pas au quotidien !  Et c'est fou comme ce même jeu est délaissé au bout de quelques jours .... alors que l'enfant y jouait passionnément, le réclamait à corps et à cris ... la veille !

Alors pour désemplir la chambre des loulous et en même temps pour leur permettre de s'intéresser à leurs jeux.... on fait tourner ! Et c'est très très efficace ! 

Jusqu'à présent, je le faisais de manière souple ... hop, tel jeu part au placard pour une petite semaine, j'en ressors un autre etc. sans trop me casser la tête sur les catégories de jeux, la fréquence de rotation, les associations de tel et tel jeu etc.  

J'aimerais le faire de manière un peu plus structurée cette année, on va essayer !

En même temps, je veux rester à l'écoute de leurs "centres d'intérêts" ... quand ils ont des nouveaux questionnements, des envies de mieux maîtriser quelque chose, hop je ressors ponctuellement les jeux qui s'y prêtent.

Par exemple, le week-end dernier, Petit Baroudeur a eu une soudaine envie de puzzles .... ce n'est pas si fréquent que ça, alors hop je saute sur l'occasion ...  Ni une, ni deux... on sort un puzzle ... qu'il fait, tout seul,  en quelques minutes .... alors un 2ème puis un autre .... puis finalement tous les puzzles en stock y sont passés ... et il a conclu "Tu as vu comme j'ai grandi, maintenant ils sont tous faciles pour moi ces puzzles là".  Opération réussie pour moi aussi ... il a réussi ce qu'il voulait faire, m'a montré qu'en effet il était capable d'aller plus loin, de s'autonomiser ... et a renforcé un peu plus sa confiance en lui ! 

 

3. Aller à la ludothèque

La ludothèque, c'est merveilleux ... car on y trouve de tout ! Des espaces de jeux d'imitation bien fournis, des espaces pour expérimenter au niveau sensoriel, des jeux d'éveil, des jeux de construction, des jeux de société etc etc. 

Souvent, on peut aussi emprunter les jeux pour une période donnée et expérimenter comme cela certains jeux au quotidien !  

Ici, nous avons la chance de pouvoir emprunter les jeux pendant 3 semaines, à raison de 4 jeux par enfant inscrit. C'est top !  

On essaie de nouveaux jeux: des grands classiques mais aussi des nouveautés.

On enrichit ce qu'on sait déjà faire : des puzzles avec plus de pièces,  des constructions plus techniques, des jeux de société un peu plus complexes. 

On trouve des idées : une mine d'or pour repérer les potentiels cadeaux pour les anniversaires des enfants et de leurs amis ! 

On n'a pas de regrets : si un jeu ne plait pas finalement, pas de soucis, on en prendra un autre la prochaine fois ... et puis c'est tout ! 

 ... et finalement c'est économique, pas besoin d'acheter tant et plus ... car on renouvelle les jouets  à la maison grâce à la ludothèque...

 

4. Faire du neuf avec du vieux 

Alors ça, c'est important aussi... on peut jouer avec tout un tas de choses... pas besoin d'objets manufacturés en permanence ! 

Alors, on détourne l'utilisation des objets, ou on réutilise autrement, ou on construit un nouveau jouet avec des morceaux ... on crée ! Ou on imprime, on plastifie ... et voila encore de nouvelles planches, cartes à jouer etc. 

Par exemple, ici, les enfants adorent quand nous recevons des colis et ils réclament le carton pour se faire un bateau ! Les cartons de madeleines, eux, sont recyclés en garage pour les voitures ! Le coussin de présentation d'une montre devient un oreiller pour la poupée, la boite en métal (ricoré etc.) part dans la dinette ... les cartonnettes de jeux de société avec les morceaux à détacher, deviennent de très chouettes pochoirs. etc. 

 garage

 

 

... Si tout ça ne suffit pas, il ne reste plus qu'à aider les enfants à jeter les jouets par la fenêtre (déjà fait ... il ne reste plus qu'à mettre une clé à la fenêtre et des barreaux ... lol), à les glisser derrière les meubles derrière lesquels il est impossible de les récupérer ( Mamaaaaan, je n'ai plus de voituuures ! ) , à les déchirer, écraser, mettre dans le bain ou à la poubelle ( chacun son truc, pas vrai ? )... ou  à faire un vide grenier  ;)

 

Répondre aux besoins de plusieurs enfants en même temps

 Répondre aux besoins de plusieurs enfants en même temps... et d'âge différent bien sûr ... histoire de se compliquer un peu plus la tâche !  Voila le quotidien des parents, des assistantes maternelles, et de nombreux professionnels de la petite enfance, de l'éducation, etc etc.  

Ce qui me parait important, c'est déjà  ne pas confondre "garder, s'occuper" de plusieurs enfants  et "chercher à répondre aux besoins de chacun" même s'ils sont nombreux ... 

De retour ...

Bonjour à tous, 

 

C'est la rentrée... oui ... je suis déjà un peu nostalgique des vacances.

Parler à un enfant .... en s'adressant spécifiquement à lui.

Petite réflexion sur  la communication enfant/adulte ... venue de diverses observations récentes avec Petit Baroudeur, 3 ans 1/2. 

Je me suis rendue compte à plusieurs reprises qu'il semblait "bugger" quand je parlais avec un autre adulte, d'autant plus s'il y a de l'émotion en jeu, ou un enjeu important. "Bugger" au sens  qu'il détournait la tête, semblait perdu  etc. ce qui ne lui ressemble pas. 

J'ai alors réagi en lui disant par exemple : "Tu as entendu ce que nous avons dit. Tu vois, il va se passer ça " bla bla bla" et c'est une bonne nouvelle pour nous. " 

et une autre fois avec une autre portée émotionnelle : " Tu as vu, le portail de l'école est fermé, on va passer par l'autre porte. ça change de d'habitude, on est un peu surpris, ça va durer quelques jours, c'est pour la sécurité des enfants pour le moment."

Sous-catégories

Me connecter