L’école maternelle et la psychomotricité …

J’ai souvent entendu des enseignants de maternelle dire qu’ils faisaient de la psychomotricité avec les enfants.  J’avoue que cela me fait toujours tiquer, car le mot psychomotricité est utilisé dans ce cas comme un fourre tout comprenant l’éveil corporel, la motricité globale avec parcours, jeux de ballon, vélos et trottinettes … et c’est à peu près tout. 

Enseignants et parents se représentent ensuite la psychomotricité comme uniquement cela, alors que son champ d’action est bien plus vaste, et est au service du développement et de l’épanouissement de la personne dans toutes ses composantes. 

 

Suite à un projet de mise en place d’ateliers d’éducation psychomotrice pour des classes de maternelle,  voila un petit doc sur le développement psychomoteur, son impact sur l’entrée dans les apprentissages scolaires, et la mise en place d’ateliers en maternelle : 

L’état psychique de la femme enceinte

Cette nouvelle grossesse est l’occasion pour moi de me rendre compte de certains changements en moi … autres que physiques bien sûr 😉 . Et en discutant avec mes amies, ma famille, cela m’a sauté aux yeux… il y a vraiment quelque chose de particulier dans cet état de « femme enceinte ». 

 Lors de ma première grossesse, j’étais tellement prise dans tous ces bouleversements corporels et psychiques et par les « Et si… et si.. et si… » que je n’étais pas du tout disponible pour me pencher là dessus. 

Mais là… je me rends compte que cette grossesse est un temps à part, un temps de remise en question et de réflexion … par rapport à ma vie actuelle… mon mode de vie, ma vie professionnelle, mon rythme de vie, mes relations aux autres… et notamment avec Petit Baroudeur. 

Comme une pause sur le bord du chemin … où les autres passent en courant devant moi, ou le nez dans le guidon… 

Comme si la grossesse finalement me reconnectait avec moi-même plus profondément que dans mon rythme habituel… 

Il faut dire que mon arrêt de travail joue aussi… et amplifie sûrement le phénomène, me permettant de me consacrer plus pleinement à ces questions, ces envies… ces besoins. 

Je me rends compte aussi avec étonnement, qu’autant j’étais anxieuse lors de ma première grossesse pour la santé de mon bébé (lié en partie au contexte de mon travail où je ne voyais que des bébés et jeunes enfants avec des diagnostics terribles) … autant je vis sereinement cette deuxième grossesse, et ce depuis le début… je relativise plus, et je nous fais plus confiance à tous les deux… et je me consacre sans effort sur les aspects positifs. 

Bizarre… comme si un cheminement avait continué après la naissance de Petit Baroudeur, comme si « être enceinte et devenir maman » opérait des remaniements psychiques … comme lors d’un accompagnement psychologique… 

Je n’ai rien fait de spécial… et pourtant tout est différent ! 

Alors, cela m’a interrogée et j’ai trouvé en effet pas mal d’infos qui traitent d’un état psychique spécifique à la femme enceinte… je vous résume tout ça :