Les vêtements de Bébé: bien les choisir pour ne pas le gêner.

P1070458 blog

 

Les tenues pour bébé sont quasiment toujours adorables, toutes mignonnes, fashion etc. mais sont souvent peu adaptées pour le laisser libre de ses mouvements :

Par exemple : les jeans raides et serrés qui empêchent les mouvements de hanche…. Les vêtements glissants qui l’empêchent de prendre appui … les petites chaussures pour nourrisson qui empêchent Bébé d’explorer ses pieds et de trouver des appuis au sol.

Si les vêtements limitent l’amplitude normale des mouvements de bébé, cela génère des difficultés supplémentaires pour le développement de la motricité de Bébé et le limite dans ses expérimentations.

Un bon test pour voir si ses vêtements sont adaptés : mettez Bébé en body et regardez le évoluer au sol. Une fois habillé, il doit vous montrer la même aisance et la même facilité de mouvement.

Bébé : Styles moteurs et variation du rythme d’évolution

Les bébés, tous différents !! Si si, c’est vrai !

Et pourtant, souvent, on a tendance à penser qu’avec le même type d’accompagnement, ils auront tous le même type de développement : le même style moteur, les mêmes aptitudes aux mêmes âges…. Et bien, non, raté !

En termes d’accompagnement, pour favoriser un bon développement psychomoteur ( tant au niveau des déplacements, des manipulations, de l’éveil, de la relation aux autres, de la confiance en soi, de l’expression ), l’idéal est de permettre à Bébé d’avoir une liberté de mouvement, du temps et suffisamment d’espace pour expérimenter  au sol, de l’autonomie, des objets/jouets variés mais sans surcharge. 

Avec cette base là, Bébé a tout ce qu’il faut pour découvrir  ce qui l’entoure et développer ses compétences.  Le développement psychomoteur se déroule naturellement, sans stimulations, du moment que l’environnement de Bébé est suffisamment accessible avec un climat serein et bienveillant. 

Et chaque Bébé en fera ce qui lui semble bon

Bébé au bain … libre de ses mouvements

 

Le bain…  souvent un moment agréable pour Bébé qui apprécie de se sentir dans l’eau et se laisse alors bercer ou gigote en tous sens.

Pour le parent, ce n’est pas toujours simple de savoir comment s’y prendre pour baigner et laver Bébé …. Peur de le lacher, difficulté à gérer le savonnage/rinçage etc. Alors,on trouve de multiples accessoires pour faciliter les choses : transat de bain pour les plus petits, barrière ou siège pour les plus grands. En apparence, ces accessoires facilitent la tache du parent … mais malheureusement limitent énormément les possibilités de mouvement et de jeu de Bébé.

Il est tout à fait possible de laisser gigoter ou se détendre Bébé en le tenant de manière sécurisante et en adaptant sa posture et l’environnement autour de la baignoire, pour que cela reste confortable pour Bébé et son parent ( baignoire de bébé surélevée, puis petit tabouret, coussin au sol, serviette qui s’accroche au cou de l’adulte etc.).

Et, il est même possible de faire plus encore … j’ai découvert dans un excellent livre, dont je vous reparlerai plus en détail (Michèle FORESTIER : de la naissance aux premiers pas) …. Le bain libéré ou dit autrement : la motricité libre pendant le bain.

Et hop, une nouvelle acquisition ….sans crier gare !

enfant-autonome escalier

Il ya deux jours, Petit Baroudeur a décidé qu’il ne voulait plus de couches …

J’étais très sceptique car jusque là, il s’en fichait royalement d’avoir des couches, ou d’être mouillé les rares fois où il n’en avait pas.

Prête au pire, je lui ai proposé de mettre une culotte … et hop, c’était parti ! Et ça se passe plutôt bien… Bien sûr, on le change plus souvent dans la journée, car il n’anticipe pas encore très bien… 

Mais ça a même un petit coté amusant, comme hier après midi quand je lui demande d’aller sur le pot … j’arrive quelques secondes après et je le découvre assis sur son pot… mais habillé ! Bon, évidemment le pantalon était mouillé !!

Tout ça pour dire que parfois (ou souvent, selon les enfants !) les acquisitions arrivent d’un coup, soudainement … alors qu’on ne s’y attend pas (ou qu’on ne s’y attend plus), sans que l’on ait remarqué de signes précurseurs

En effet, la plupart du temps, on a quand même le temps de voir les progrès s’installer … on voit que l’enfant répète certaines choses, expérimente beaucoup autour d’un déplacement, d’une position, d’un jeu etc.  , on sent que quelque chose se prépare  et jour après jour on voit les choses s’affiner jusqu’à la maîtrise d’une nouvelle fonction. 

Alors que quand les acquisitions arrivent de manière soudaine, elles sont d’autant plus surprenantes pour l’entourage … qu’elles arrivent « finalisées ». L’enfant est de suite autonome et à l’aise avec ce qu’il vient d’acquérir … par exemple, du jour au lendemain, vous voila avec un bébé qui marche à quatre pattes … alors que jusque là il était plutôt statique au sol. 

La motricité libre, ça vous parle ?

La motricité libre, ça vous parle ?

Motricité libre

Petit Baroudeur est allongé sur son tapis, il bouge sa main et touche quelque chose, il l’agrippe et secoue sa main…incroyable, ça fait du bruit ! Il secoue plus fort, et surprise, il voit l’objet rouge au bout de sa main…il amène l’objet plus près de ses yeux et essaie de l’attraper aussi avec son autre main…après plusieurs tentatives, c’est réussi… (Souvenirs de quelques mois…)

 
Le concept de motricité libre a été créé par Emmi PICKLER à partir de l’étude du développement du bébé et avec cette conclusion : 
Tout bébé, dans un environnement affectif sécurisant,  a les compétences motrices et relationnelles pour grandir et se développer par lui même, sans stimulations supplémentaires. 
 
En effet, en agissant sans contraintes et à son rythme, le bébé découvre son corps, ses possibilités d’action, mais aussi ses limites. Il découvre progressivement de nouvelles choses et répète autant de fois qu’il le souhaite ses expériences.
 Par exemple, tout petit, il tourne la tête à droite, puis la remet dans l’axe de son corps, puis tourne de nouveau la tête etc..