Prépa accouchement … respiration et « poussée »

On aborde la poussée cette fois… ça sent la fin, n’est ce pas ?  Il est temps que j’en parle avec la naissance de Petit Marmot qui ne va plus tarder … non, non, je ne barre pas encore les jours sur le calendrier 😉  

La clé de ce qu’on appelle communément « la poussée » dans la phase « d’expulsion du bébé » ( que c’est joli et délicat comme expression)   est encore et toujours la respiration abdominale, mais à la différence de la phase de travail, cette fois elle doit se réaliser  avec plus de force, plus de puissance

Non pas une puissance à chercher dans les abdominaux et où on pousse tout vers le bas, mais au contraire une puissance qui naît dans les muscles profonds  et qui remonte tout… viscères et diaphragme. 

Le terme de « poussée » est en fait peu approprié puisque physiologiquement, c’est plutôt une remontée de l’abdomen qui s’opère avec un « démoulage  » du bébé ( que c’est poétique !!).

Pour imager, toujours de manière aussi charmante et sympathique, cette puissance est à son apogée dans certains actes « réflexes » comme le vomissement … Physiologiquement, on est alors « juste » avec une préservation de tout le contenu abdominal et une poussée efficace pour le bébé. 

Nous avons donc travaillé à ressentir cette puissance dans la respiration abdominale ( sans chercher à vomir…hein!)

Protéger le périnée

C’est étonnant … souvent on n’en parle pas, ou alors on en rigole comme au boulot… alors que c’est une équipe presque exclusivement féminine… comme si c’était encore un sujet tabou… ou sans trop d’intérêt … 

Et pourtant, le périnée, c’est un muscle très très important … j’en ai pris conscience lors de ma première grossesse, d’ailleurs je crois que je n’en avais jamais entendu parler auparavant …bien que j’ai fait beaucoup de sport, bien que j’ai fait des études paramédicales commençant par une année de médecine imposée … 

Une sensibilisation devrait être faite à toutes les jeunes filles, et femmes de tout âge sur le rôle du périnée, son importance et les dégâts à long terme si on le néglige : incontinence de différentes sortes, descente d’organes, constipation et autres choses réjouissantes ! 

Il faut savoir que le sport, les abdominaux, le surpoids, les mauvaises habitudes au quotidien, et bien sûr la grossesse et l’accouchement peuvent entraîner des lésions parfois non réversibles au niveau du périnée … et cela, on en parle pas ou très peu !!

Et on parle tout aussi rarement de ces jeunes filles de moins de 18 ans qui ont des « fuites » lors des cours de sport,  ou des « grandes sportives »  qui ont le même souci (dans certaines disciplines, on approche de 60% de femmes concernées).