La minute relax du soir … face à la grosse pression de la rentrée

Petit Baroudeur a fait sa première rentrée scolaire cette année … ça se passe bien … mais quand je le retrouve le soir, à peine passée la porte de la maison qu’il se transforme en  boule de nerfs montée sur ressorts … cris, pleurs, agressivité, bêtise sur bêtise en me regardant droit dans les yeux, me rigolant au nez et m’assénant un tout nouveau « je fais ce que je veux ».

être mère … déstabilisation assurée !

Quand on est maman, il en faut peu  …

Petit Marmot a deux petits mois … notre routine est encore beaucoup dans une alternance têtée … sieste … et jusqu’à peu, j’étais dans ma petite bulle… focalisée sur mon adorable bébé. 

Et voila que quelques remarques sont venues faire éclater ces petits bonheurs, et ont laissé entrer stress, doutes et inquiétudes… des petites remarques anodines vues de l’extérieur.

« Il ne te regarde pas quand il s’énerve, il attend qu’on le prenne pour te regarder … » 

« Il a un peu la tête plate, non ?  » 


mais qui ont été vraiment des cataclysmes pour moi … mon bébé, mon tout petit… de quoi viens t’on t’affubler ? Est ce que ces remarques ont une base fondée ?? Est ce que … est ce que  … est ce que ?? Et voila, je m’emballe, je m’inquiète … et j’en arrive à  être  maman psychomot = maman qui psychote

 

D’abord cette histoire de regard…. 

La sophrologie comme préparation à la naissance

La préparation à la naissance… on en entend beaucoup parler quand on est enceinte, en même temps ça peut paraître un peu mystérieux au prime abord, et il y en a différents types : préparation classique auprès d’une sage femme, préparation en piscine,  yoga prénatal, chant prénatal, haptonomie, sophrologie etc. 

Quand j’étais enceinte de Petit Baroudeur, j’ai été arrêtée très tôt par prévention à cause de mon travail et de l’importance de mes trajets quotidiens en voiture… idéal aux yeux des certains, ce repos forcé n’était pas vraiment ce dont je rêvais, surtout au début…

J’avais l’esprit tout à fait libre pour me centrer sur ma grossesse, et j’étais en fait très stressée…  qu’il puisse arriver quelque chose à mon bébé pendant la grossesse, et le discours médical à base de statitisques ne me rassurait pas du tout « Et pourquoi, je serais forcément dans la bonne partie des stats, hein ? » … et j’avais tous les exemples des enfants (et de leurs familles) que je voyais au travail avant d’être arrêtée, qui pour beaucoup, avaient eu des aventures malheureuses pendant la grossesse, ou lors de la naissance, ou même après… 

Donc j’étais inquiète, et je ne me voyais pas vivre toute ma grossesse dans cet état d’esprit… alors, j’ai cherché une solution, et j’ai entendu parler de la sophrologie comme préparation à la naissance. Je connaissais déjà un peu la sophrologie, l’ayant expérimenté pendant mes études, et je me suis lancée … en téléphonant à une sophrologue. 

Je suis tombée sur une personne très à l’écoute, chaleureuse, qui prenait vraiment le temps de me recevoir… (par exemple, il n’y avait pas de durée type de rendez-vous)… et qui me proposait des choses adaptées à mon état d’esprit du moment.